Washington et Ankara veulent débarrasser le nord de la Syrie de Daesh

Washington et Ankara veulent débarrasser le nord de la Syrie de Daesh
International

SYRIE – Les combattants kurdes viennent de reprendre une ville syrienne stratégique située sur un axe majeur utilisé par Daesh pour acheminer hommes et matériel dans le nord de la Syrie. De leurs côtés, les Etats-Unis et la Turquie annoncent qu'ils vont unir leurs efforts contre l'organisation jihadiste.

L'offensive contre Daesh se poursuit au nord de la Syrie. Alors que les forces turques pilonnent les positions du groupe jihadiste depuis l'attentat meurtrier perpétré lundi dernier à Suruç, près de la frontière syrienne, les forces kurdes, en première ligne dans ce conflit, viennent de porter un coup sévère à l'organisation terroriste.

EN SAVOIR + >> La Turquie bombarde des positions de Daech en Syrie

"Les Unités de protection du peuple kurde (YPG) ont pris le contrôle total de Sarrine après trois semaines intenses", a ainsi indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Cette ville stratégique est située sur l'autoroute M4 reliant Raqa, le fief de Daesh et la province septentrionale d'Alep. La prise de Sarrine coupe ainsi une voie majeure pour le groupe islamiste. C'est notamment par cet axe que Daesh faisait transiter armes et combattants au nord pour mener les combats contre les Kurdes et des groupes rebelles.

La Turquie au côté des Etats-Unis contre Daesh

Soutenus par la coalition antijihadistes dirigée par Washington, qui mène des frappes aériennes contre l'organisation terroriste, les combattants kurdes ont lancé leur offensive contre Sarrine le 6 juillet dernier. Aujourd'hui, selon Mustefa Ebdi, un militant kurde de la ville de Kobané, à 40 km de Sarrine, cité par l'AFP, les "forces kurdes ratissaient les rues à la recherche de kamikazes éventuels de l'EI (Daesh)".

Pour les Unités de protection du peuple kurde, il s'agit d'une nouvelle victoire contre l'organisation terroriste déployée en Syrie et en Irak après avoir repris Kobané en janvier dernier et, plus récemment, Tall Abyad, une ville à la frontière turco syrienne.

De son côté, la Turquie, par l'intermédiaire de son ministre des affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu, a annoncé lundi qu'elle allait participer "activement" aux attaques aériennes contre Daesh. "Nous avons passé un accord avec les Etats-Unis et nous allons ouvrir nos bases (militaires). La Turquie va se joindre activement aux attaques aériennes et au combat contre" le groupe jihadiste, a notamment déclaré le ministre. "Le but est d'établir une zone débarrassée de l'EI et d'améliorer la sécurité et la stabilité le long de la frontière entre la Turquie et la Syrie", a précisé lundi un responsable américain en marge d'un déplacement de Barack Obama en Ethiopie.

A LIRE AUSSI >> Turquie : un policier meurt dans des affrontements à Istanbul

>> Syrie : la dérangeante visite à Assad du député Poisson

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent