Yémen : 600.000 cas de choléra d'ici fin 2017 en raison de la guerre ?

International

GUERRE CIVILE – L’épidémie de choléra qui sévit au Yémen pourrait toucher jusqu’à 600.000 personnes, selon le comité international de la Croix-Rouge. Le phénomène a déjà fait plus de 1800 morts depuis le mois d’avril, alors que le pays connaît une guerre civile meurtrière depuis 2014.

C’est une crise humanitaire d’ampleur qui touche le Yémen depuis plusieurs mois, avec la propagation d’une épidémie de choléra, conséquence directe de la guerre civile qui affecte le pays. Selon un communiqué du Comité international de la Croix-Rouge, 600.000 personnes pourraient être touchées par cette maladie d’ici la fin de l’année, soit un Yéménite sur 45.

Le choléra est réapparu en avril dernier, après une première épidémie l’année dernière. Cette nouvelle contagion aurait déjà fait plus de 1800 morts ces quatre derniers mois et près de 370.000 cas suspects ont déjà été enregistrés.

Le président du Comité international, Peter Maurer, est actuellement en visite dans dans les hôpitaux de ce pays de 27 millions d’habitants qui est, selon l’ONU, au bord de la famine. Selon le bureau de coordination des affaires humanitaires au Yémen, rattaché à l’ONU, ce sont désormais 20,7 millions de Yéménites qui ont besoin d’une aide humanitaire.

Cette épidémie est la conséquence directe de la guerre civile et des bombardements qui touchent le pays depuis 2014, entraînant la destruction des infrastructures d’accueil, des hôpitaux, les déplacements de population et des retards de livraison de médicaments.

En vidéo

Le choléra, une maladie oubliée mais qui tue encore

Plus de 8000 morts depuis 2015, en majorité des civils

Le Yémen est déchiré depuis 2014 par une guerre civile qui oppose d’un côté les rebelles Houthis, majoritairement chiites, à des soldats restés fidèles à l’ex-président Ali Abdallah Saleh, déchu en 2012 au gouvernement de l’actuel président Abd Rabbo Mansour Hadi, soutenu par une coalition arabe.

Le Yémen est également au cœur des zones d’influence de l’Arabie Saoudite, qui mène la coalition arabe contre les rebelles, et de l’Iran, accusé de soutenir les rebelles. Depuis l’intervention de la coalition arabe, les combats ont fait plus de 8000 morts, en majorité des civils, et plus de 44.500 blessés.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter