La jeune enfant yéménite qui faisait la Une du New York Times est décédée

International

FAMINE - Amal Hussain, une fillette de 7 ans originaire du Yémen, est décédée ce jeudi. Sa photo avait été publiée en tête d'article du New York Times vendredi dernier, son corps émacié représentant la famine qui touche le pays.

Elle faisait partie de ces images puissantes qui marquent les esprits. La photo d’Amal Hussain, une fillette de 7 ans, avait été publiée par le New York Times la semaine dernière. Son corps squelettique était devenu le symbole de la famine qui touche ce pays, en guerre depuis près de trois ans. Mais ce jeudi 1er novembre, le quotidien a annoncé qu’elle était décédée.

Voir aussi

1,8 million d'enfants souffrant de malnutrition

Son prénom voulait dire ‘Espoir’. Allongée,  silencieuse et le regard détourné de l’objectif. Elle était apparue en tête d’un article du New York Times publié le 26 octobre, alors qu'elle se trouvait sur un lit d’hôpital dans le nord du Yémen. Car la semaine dernière, la rédaction du journal avait voulu attirer l’attention sur le conflit qui s’éternise au Yémen. Fort d’une actualité touchant  l’Arabie Saoudite depuis l'assassinat d'un journaliste à Istanbul, le quotidien avait braqué les projecteurs sur les actions que mène le pays hors de ses frontières, au Yémen, où les civils meurent de bombes et de faim. Le reportage d’un journaliste sur place était accompagné d’une série de photos d’enfants souffrants de la famine, dont, en tête, celle d’Amal Hussain. 

Un portrait qui avait suscité l’émoi. Touchés, les lecteurs du journal voyaient, dans les traits creusés de la fillette, tout le poids de la guerre sur la population du pays. Ils ont donc décidé d’exprimer leur chagrin en faisant des dons d’argent à la famille. Sans le savoir, cette jeune fille était alors devenue le symbole des conditions de vie de son pays, déchiré et affamé par une guerre civile. Les conséquences d’un conflit qui oppose les rebelles houthistes, soutenus par l’Iran, à une coalition menée par l’Arabie Saoudite. Alors, les lecteurs ont écrit à la rédaction du journal, pour savoir si elle allait mieux. 

Voir aussi

Mais Amal ne sera restée un symbole vivant que l’espace de quelques heures. Car ce jeudi, sa famille a fait savoir qu’elle était morte dans un camp de réfugiés, le 26 octobre, jour de la publication de sa photo. Contactée par le quotidien, la mère de la fillette a dit, en pleurs, avoir "le cœur brisé". Dorénavant, elle s’inquiète du sort de ses autres enfants.  

Car la fillette n’est pas un cas à part. Elle est l’un des visages d’une famine catastrophique qui risque de frapper de plein fouet le pays dans les prochains mois. Outre les 1,8 million d'enfants frappés par la malnutrition, selon l'UNICEF, les Nations Unies comptabilisent 8 millions de personnes dépendantes des rations d’urgence. Un chiffre qui pourrait bientôt atteindre la moitié de la population. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter