Yulen, deux ans, tombé dans un puits en Espagne : que sait-on sait de l'accident et des opérations de secours ?

International

EN BREF - Les autorités espagnoles étaient toujours prises mardi dans une course contre la montre pour tenter de sauver un garçon de deux ans tombé dimanche dans un puits de plus de 100 mètres de profondeur. Que sait-on des circonstances de cette chute ? Comment procèdent les secouristes sur place ?

L'affaire est suivie de près par les médias espagnols et a généré de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux. Les parents de Yulen, deux ans, étaient toujours sans nouvelle de leur petit garçon, tombé dimanche dans un puits de 110 mètres de profondeur, dans la province de Malaga. Les opérations de secours se poursuivaient à un rythme effréné, ce mardi, alors que les chances de survie de l'enfant s'amenuise à mesure que les heures défilent. Des circonstances de l'accident aux différentes options avancées par les secouristes pour tenter d'atteindre Yulen, LCI fait le point.

Lire aussi

Que sait-on des circonstances de l'accident ?

C'est à Totalan, en Andalousie, que le tragique accident s'est produit. Selon la famille de Yulen, ce dernier est tombé dans le trou destiné à puiser de l'eau d'une largeur de 25 cm et non signalé, alors qu'il jouait à proximité de l'endroit où ses parents préparaient un déjeuner en montagne. El Pais précise ce mardi que, pour creuser ce puits, des démarches administratives doivent être faites et certaines normes respectées (le trou doit notamment pouvoir être bouché), mais qu'aucune trace de telles démarchent existent pour le trou où est tombé l'enfant. Dit autrement : ce puits est illégal.

Pourquoi l'opération est-elle si délicate ?

C'est précisément au regard des caractéristiques du puits dont les parois ne sont pas stables que les recherches sont "très compliquées" en raison. "C'est humide, froid, il n'est pas évident de poursuivre les recherches (...) Personne n'est préparé techniquement" pour effectuer un sauvetage "dans un espace si étroit", a rapidement souligné Maria Gamez, la préfète de la province de Malaga, sur la chaîne de télévision Antena 3.

Initialement, il était prévu qu'un tunnel horizontal soit creusé, pour le flanc de la colline. Mais selon Sur, la feuille de route a dû être changée : désormais, la priorité est de faire un puits vertical parallèle à celui où se trouve l'enfant. 

Quel sont les moyens à disposition des secours ?

Une centaine de secouristes sont mobilisés depuis dimanche à la mi-journée pour cette mission extrêmement complexe. La représentante du gouvernement dans la zone a toutefois assuré que des technologies permettant d'accéder à des endroits étroits et profonds existaient et qu'elles étaient envisagées, ajoutant que de nombreuses entreprises espagnoles avaient proposé leurs solutions.

En outre, deux techniciens suédois du SPT (Stockholm Precision Tools), l'une des sociétés qui ont aidé à secourir les 33 mineurs chiliens emprisonnés pendant deux mois dans une mine en 2010, sont arrivés sur place et ont commencé à travailler ce mardi. 

Des signes de l'enfant après sa chute ?

"Nous n'avons pas de nouvelles pour le moment", ont informé lundi sur Twitter les services de secours d'Andalousie. La famille de Yulen, l'aurait entendu pleurer peu de temps après sa chute mais rapidement ne pouvaient plus le voir ni l’entendre.

Un sachet de bonbons que tenait le garçonnet a été retrouvé dans le puits, a souligné Maria Gamez, la préfète de la province de Malaga, sur la chaîne de télévision Antena 3. Ce mardi, la presse espagnole indique que des tests ADN ont été effectués pour identifier l'enfant, au moyen de cheveux retrouvés dans le puits. Ils sont formels : il s'agit bien du petit Yulen. 

Que sait-on de la famille du petit garçon ?

"Abattus", les parent de Yulen sont "pris en charge depuis le début par une équipe de psychologues", a déclaré sur la radio espagnole RNE Elena Trigo, la porte-parole des services de secours andalous. Le père de Yulen s'est néanmoins exprimé lundi soir pour telecinco.es, ne cachant pas son immense frustration face à la manière dont sont chapeautées les opérations de secours. "Beaucoup de tweets de soutien, beaucoup de bons vœux, mais des moyens nuls. Vous savez ce que c'est que d'être ici pendant 30 heures à attendre que votre fils sorte d'un puits?", s'est-il emporté.

Selon El Pais, le couple a déjà vécu une tragédie familiale en 2017, leur autre fils, Oliver, alors âgé de trois ans, ayant été foudroyé par une crise cardiaque alors qu'il marchait sur la plage. Dimanche, sur Facebook, la grand-mère des deux enfants a adressé un message poignant à son petit fils décédé, l'implorant d'accomplir un miracle : "aujourd'hui, je te demande juste que ton frère sorte maintenant. Ton frère a besoin de toi". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter