Zimbabwe : sous pression, le président Robert Mugabe refuse toujours de démissionner

Zimbabwe : sous pression, le président Robert Mugabe refuse toujours de démissionner

International
DirectLCI
SURRÉALISTE - Le président zimbabwéen Robert Mugabe a terminé ce dimanche soir son discours à la nation sans annoncer sa démission et indiqué qu'il présiderait le mois prochain le congrès de son parti.

Sa démission était annoncée par un proche, à l'AFP, en début de soirée. Il n'en fut rien. Le président zimbabwéen Robert Mugabe a terminé dimanche soir son discours à la nation sans annoncer sa démission, et indiqué qu'il présiderait le mois prochain le congrès de son parti.


"Le congrès doit se tenir dans les prochaines semaines. J'en présiderai les débats", a-t-il déclaré à la surprise générale, quelques heures après avoir été démis de ses fonctions de président de la Zanu-PF. Une source proche de son entourage avait auparavant annoncé qu'il avait accepté de remettre sa démission. Sauf que le président, âgé de 93 ans, semble inflexible : "Le congrès doit se tenir dans les prochaines semaines. J'en présiderai les débats", a déclaré Robert Mugabe à la surprise générale, quelques heures après avoir été démis de ses fonctions de président de la Zanu-PF. 

"Mon autorité pas remise en cause"

L'armée a pris le contrôle du pays dans la nuit de mardi et mercredi, à la suite de l'éviction du vice-président Emmerson Mnangagwa, et assigné le président à résidence. Samedi, des dizaines de milliers de personnes étaient descendues dans la rue pour soutenir cette intervention et demander le départ du président. "L'opération à laquelle j'ai échappée (...) n'a pas remis en cause mon autorité en tant que chef de l'Etat et commandant en chef de l'armée", a toutefois estimé dimanche Robert Mugabe, flanqué à sa droite de plusieurs hauts responsables militaires.


En refusant de quitter son siège, le chef de l'Etat va-t-il mettre le feu aux poudres ? Ce dimanche soir, les anciens combattants appellent les Zimbabwéens à manifester. "Ce discours était totalement déconnecté de la réalité. Nous soutiendrons toute procédure de destitution et appelons à manifester mercredi", a déclaré le chef de la puissante association de vétérans, Chris Mutsvangwa.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter