Zones de non-droit à Paris : et maintenant les excuses de Fox News

International
POLÉMIQUE - L'affaire des "no-go" zones à Paris fait encore parler d'elle aux Etats-Unis. Samedi soir, Fox News s'est publiquement excusée pour les informations fantaisistes délivrées par l'un de ses journalistes. Le 10 janvier dernier, Nolan Peterson avait expliqué que certains quartiers de la capitale française étaient interdits aux non-musulmans.

Fox News fait amende honorable. Le 10 janvier dernier, l’un de ses journalistes, Nolan Peterson, avait fait bondir dans l’Hexagone après avoir présenté, carte à l'appui, des zones interdites à Paris, dans lesquelles il ne ferait pas bon se promener si l’on n’est pas musulman . Cet ancien soldat comparait même la capitale française à celle de l’Irak, Bagdad. Des propos qui lui étaient revenus comme un boomerang. Quelques jours plus tard, celui qui affirme avoir vécu deux ans à Paris était revenu sur ses déclarations. Mais sans se dédire totalement. Selon lui, la situation qu’il décrivait concernait celle qui prévalait en France lors des émeutes des banlieues en 2005. ..

LIRE AUSSI >> #FoxNewsFacts : Twitter se paye un journaliste de la chaîne

Pas franchement convaincant, donc, à tel point que Fox News a jugé bon d’intervenir directement. Samedi soir, une des présentatrice de la chaîne conservatrice, Julie Banderas, a clairement reconnu des “erreurs regrettables” faites au sujet de Paris, mais également de la ville anglaise de Birmingham. Toujours sur Fox News, un “spécialiste” avait déclaré que la deuxième ville de Grande-Bretagne était interdite aux non-musulmans. “Ce type est un idiot complet”, aurait même réagi le Premier ministre britannique, David Cameron, cité par les médias anglais .

“Au cours des derniers jours, nous avons fait des quelques erreurs regrettables à l’antenne au sujet des musulmans en Europe, particulièrement à propos de l’Angleterre et la France”, a reconnu Julie Banderas. “Pour être clair, on ne peut pas parler de zones de non-droit dans ces pays. Il n’y a aucune information crédible permettant de le penser. Il y a des zones de haute criminalité, comme c’est le cas aux Etats-Unis”, a-t-elle ajouté pour clore cette embarrassante polémique.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter