Camille Lacourt n’est pas le seul à en vouloir à Sun et Efivoma

JO DE RIO 2016
DOPAGE - Camille Lacourt l’a amère. Le Français qui n’est pas parvenu à se hisser sur le podium du 200 m dos, a craqué après sa course. La cible de son coup de gueule ? Le Chinois Sun Yang et la Russe Yuliya Efimova, tous les deux suspendus pour dopage entre 2013 et 2015. Mais le dossiste français n’est pas le seul à enrager. Certains avec plus ou moins de tact. On récapitule.

Sun Yang et Yulia Efimova cristallisent les rancoeurs et les critiques autour des bassins du Stade Aquatique Olympique. Mais que leur reprochent les nageurs ? La Russe, suspendue seize mois entre 20113 et 2015 mais également positive au meldonium, avait été dans un premier temps privée de JO 2016, comme six autres nageurs russes, à la suite des révélations du rapport McLaren sur le système de dopage d'Etat en Russie. Cette sanction a été levée à quatre jours de la cérémonie d'ouverture des Jeux de Rio.

Le Chinois, lui avait été mis au ban trois mois après un contrôle positif en 2014. A Rio, il a été sacré champion olympique du 200 m libre, deux jours après sa médaille d'argent sur 400 m libre. Voici ce que, depuis le début des épreuves de natation, les autres nageurs ont dit d’eux.

À LIRE AUSSI >> Les attaques de Phelps font pleurer Yulia Efimova

"Je viens de prouver qu'on peut concourir propre et quand même finir en tête. J'ai juste dit (tout haut) ce que tout le monde pense (tout bas). Je suis contente de l'avoir dit et d'avoir ensuite gagné."
Lily King, championne olympique sur 100 mètres brasse qui en plus n’a pas serré la main à Yulia Efimova après l’avoir battue 

"C'est triste que de nos jours il y ait des gens contrôlés positifs, même deux fois pour certains, qui ont quand même l'occasion de nager aux jeux Olympiques. C'est contraire à ce que le sport est censé être et ça m'énerve. Cela me fend le cœur et j'aimerais que quelqu'un fasse quelque chose à ce sujet."
Michael Phelps, champion olympique sur le 4 x 100 m NL 

"Quand je vois le podium du 200 m nage libre, ça me donne envie de vomir. Je préfère retenir cette foule qui a crié quand on est rentré, ce bassin olympique qui est génial", a poursuivi Lacourt. "Je suis très triste de voir mon sport évoluer de cette façon. J'ai l'impression de voir de l'athlétisme avec deux ou trois dopés dans chaque finale. J'espère que la Fina (Fédération internationale de natation) va vite réagir et arrêter ce massacre parce que ça devient triste."
Camille Lacourt, 5e du 100 m dos
EN SAVOIR + >> "Quand j'ai voulu accélérer, ça n'a pas répondu"

"Je n'ai pas de respect pour les dopés."
L'Australien Mack Horton, médaillé d'or du 400 m libre 

"Tu crois qu’il y a que des Russes et que des Chinois ?! Alors arrêtez de prendre les gens pour des cons aussi."
Philippe Lucas, entraîneur d’Aurélie Muller et de la Néerlandaise Femke Heemskerk, consultant pour France Télévisions

À LIRE AUSSI
>>> Notre page spéciale JO 2016 ici

Lire et commenter