Chapuis, Bovolenta, Midol : le skicross français sort de sa boîte magique

Chapuis, Bovolenta, Midol : le skicross français sort de sa boîte magique

JEUX OLYMPIQUES – Auteurs du premier triplé de l'histoire de l'équipe de France aux Jeux olympiques d'hiver, Jean-Frédéric Chapuis, Arnaud Bovolenta et Jonathan Midol ne doivent rien au hasard. Ils ont construit leur triomphe avec patience et efficacité. Portrait.

"Je me suis retourné et j’ai vu Arnaud, puis "Jonat’" à terre. Et pas le Canadien. Tous les trois à l’arrivée, c’est une première, non ?" Jean-Frédéric Chapuis répète inlassablement son exploit devant les micros tendus. Hier, au terme de l’une des finales les plus incroyables de ces Jeux, il est devenu le 1er champion olympique français de ski-cross devant ses potes Arnaud Bovolenta (2ème) et Jonathan Midol (3ème). Laissant la 4ème et dernière place au Canadien Brady Leman, vite dépassé.

Un exploit inédit pour le sport français aux Jeux d’hiver. "Hier soir (mercredi) à table, après le doublé de Steve (Missilier, ndlr) et Alexis (Pinturault, ndlr) en géant, on s’était dit en rigolant qu’on ferait mieux avec un triplé", s’amuse Chapuis. Ils l’ont fait. L’aire d’arrivée du parc extrême de Rosa Khutor devient territoire français. "On est chez nous", hurle quelqu’un derrière la balustrade. Au micro du speaker, une voix féminine entame une "Marseillaise". Le ciel est tout bleu.

Des garçons qui ont tout partagé

Des 32 engagés, au total, seuls les plus doués sortent indemnes physiquement et mentalement du toboggan infernal. Nos Français sont de ceux-là. Ces garçons ont tout partagé depuis des saisons. Juste avant d’arriver à Sotchi, ils ont encore passé une semaine à Antalya, en Turquie, au bord de la mer, pour forger un mental à toute épreuve. Comme cette finale fratricide.

"Le skicross c’est tout sauf de la chance ou du hasard", souffle Michel Lucatelli, le chef d’équipe du trio médaillé, très ému. C’est lui qui a bâti ce groupe après Vancouver, en 2010, en allant recruter des spécialistes du slalom géant en ski.

"Dommage qu'il n'y ait pas de course par équipe" 

Jean-Frédéric Chapuis, franco-helvète né à Bourg-Saint-Maurice, rêvait de faire carrière dans l’alpin. En 2010, il achève une première saison avec l’équipe de Suisse mais sans accéder à la Coupe du monde. Déception. Le défi skicross tombe à pic. En 2013, il est champion du monde.

Aujourd’hui médaillé d’or olympique à presque 25 ans (il les fêtera le 2 mars). ''Dommage qu’il n’y ait pas aussi une course par équipe, relance le champion olympique, on aurait fait un malheur'' Pour sûr. Avec ces trois breloques, la France pulvérise son record de médailles aux Jeux d’hiver.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Vers un ralentissement du déconfinement au Royaume-Uni à cause du variant Delta ?

VIDÉO - Mila dans Sept à Huit : "Peut-être que je serai morte dans cinq ans"

Qui est Naftali Bennett, le nouveau Premier ministre israélien ?

VIDÉO - "C'est un montage contre moi" : Mélenchon réplique aux accusations de complotisme

Malaise cardiaque d'Eriksen : "S'il n'est pas nul, le pourcentage de chances pour qu'il rejoue un jour est faible"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.