Combiné nordique : Jason Lamy Chappuis loin du compte

Combiné nordique : Jason Lamy Chappuis loin du compte

Jeux Olympiques
DirectLCI
JEUX OLYMPIQUES - Le porte-drapeau de l'équipe de France, Jason Lamy Chappuis, n'a pu faire mieux qu'une septième place lors du combiné nordique sur grand tremplin. Dans la course jusqu'aux derniers instants de la course, le Jurassien n'avait pas les jambes.

Difficiles olympiades pour Jason Lamy Chappuis. À la rue lors de l'épreuve sur petit tremplin, le porte-drapeau des Bleus n'a pas fait mieux qu'une septième place lors de l'épreuve sur grand tremplin. Il n'a jamais vraiment pesé sur une course remportée par le Norvégien Joergen Graabak.

Pourtant pas trop mal placé après l'épreuve de saut à ski, avec trente secondes de retard sur son meilleur ennemi, l'Allemand Eric Frenzel, Lamy Chappuis n'a pu enchaîner sur les skis. Pas de problème de glisse cette fois, mais bien de jambes.

"Les cuisses qui brûlent"

Frenzel lui a pourtant facilité la tâche en attendant tous les meilleurs concurrents. Malade, l'Allemand ne s'est pas senti capable de tenir seul en course. Le champion olympique du petit tremplin disparaissait même rapidement des débats. Lamy Chappuis tenait un peu plus longtemps, mais s'inclinait lorsque Allemands et Norvégiens accéléraient à l'amorce du dernier kilomètre.

"Il y a des jours comme ça où les jambes ne suivent pas, a expliqué Jason au micro de France Télévision. Dès les premières accélérations, j'ai essayé de m'accrocher, mais j'ai senti les cuisses qui me brûlaient. Je savais que c'était terminé."

La malédiction du porte-drapeau ?

Toujours souriant, le Franc-Comtois a, ensuite, assuré que sur le relais par équipe de jeudi, les Français ont leur chance. "Il y a un coup à jouer, on a tous fait des beaux sauts et mes coéquipiers ont fait un beau ski de fond. On sera juste pour le titre face à la Norvège et l'Allemagne mais on peut se battre pour être devant". 

Le Français terminait en roue libre à la septième de JO qu'il va devoir oublier. Attendu comme l'un des grands pourvoyeurs de titres pour les Bleus, le Jurassien est passé complètement à côté de ses Jeux, visiblement pas préparé au mieux. Où l'on va reparler des fameuses malédictions et pressions sur le porte-drapeau.

Lire et commenter