JO 2016 : battus d'un souffle par la Team USA, les Bleus repartent avec des certitudes

JO DE RIO 2016
MERITE – Logiquement battue par les Etats-Unis pour son dernier match de poule dimanche (100-97), l’équipe de France de basket, privée de Tony Parker, a longtemps tenu tête à son adversaire du jour. Une défaite porteuse d’espoirs en prévision d’une éventuelle demi-finale face à ces mêmes Américains.

Une défaite salutaire. Après un début de tournoi olympique poussif voire même inquiétant après son lourd revers inaugural contre l’Australie (87-66), l’équipe de France de basket a offert une très belle résistance aux Etats-Unis ce dimanche pour le dernier match de son groupe qu’elle termine à la troisième place (100-97). Sans Tony Parker, préservé après avoir reçu un coup à l’orteil lors de la précédente rencontre, les Bleus sont tout simplement tombés sur plus forts qu’eux, à l’image la folle réussite au shoot de Klay Thompson, meilleur marqueur du match avec 30 unités au compteur dont un incroyable 7/13 à trois points, mais la qualité du jeu déployée par les partenaires de Boris Diaw permet d’entrevoir la suite du tournoi avec davantage d’optimisme.

Sans Parker, De Colo et Heurtel ont (parfaitement) pris le relais

En l’absence de TP, Nando De Colo (18 pts) a confirmé sa faculté à prendre le jeu à son compte quand le bateau français commençait à tanguer, au même titre que Thomas Heurtel, qui s’est fendu d’une ligne de statistiques particulièrement brillante (18 pts, 8 rebonds, 9 passes) et d’un excellent dernier quart-temps. A l’intérieur, Joffrey Lauvergne, en dépit de son manque de taille, a tenu tête aux monstres physiques que sont DeAndre Jordan et DeMarcus Cousins. Bref, les motifs d’espoir et de satisfaction, déjà entrevus face à la Serbie, sont en tout cas bel et bien présents en prévision du quart de finale prévu mercredi face au deuxième du groupe B et d'une éventuelle demi-finale contre à ces Américains. Et avec Tony Parker sur le parquet, on redemande à voir !

A LIRE AUSSI >> Toute l'actualité des JO 2016 est à retrouver sur metronews

Lire et commenter