JO 2016 : devant le fiasco du tennis, Di Pasquale met les joueurs devant leurs responsabilités

JO DE RIO 2016
RIO - Au lendemain d'avoir vu les doubles masculin et féminin se faire sortir dès le premier tour, Kristina Mladenovic, Caroline Garcia et Jo-Wilfried Tsonga sont eux aussi passés à la trappe lundi. Des résultats catastrophiques pour le tennis tricolore, que le DTN Arnaud Di Pasquale n'a pas voulu faire endosser à la seule Fédération pourtant incriminée.

Quelque chose de pourri au royaume de la petite balle jaune. Un peu contre toute attente, l'équipe de France que l'on annonçait pourtant très ambitieuse à Rio vit un véritable calvaire depuis le début des compétitions. Pourtant, si en simple il relevait de l'enflammade de croire que ces joueurs et joueuses, dont aucun à part Jo-Wilfried Tsonga (n °9) n'est classé dans le Top 10 mondial, pouvaient se hisser en finale, en double c'est une tout autre histoire.

La paire Nicolas Mahut/Pierre-Hugues Herbert, avec Mahut n° 1 mondial en double, a remporté trois Masters 1000 et Wimbledon cette année. Quant au tandem Kristina Mladenovic/Caroline Garcia, il restait sur une belle victoire à Roland-Garros en juin dernier. "C'est vrai qu'on s'attendait à beaucoup plus de leur part, a notamment commenté Arnaud Di Pasquale sur RMC. On prend pas mal de coups ces derniers jours, c'est douloureux".

"On ne peut pas se trouver d'excuses"

En point d'orgue, l'imbroglio autour des tenues des filles qui les a perturbées sur leur premier et à l'issue duquel Mladenovic a violemment chargé la Fédération sur Twitter. "Sur la forme, c'est inacceptable. On ne peut pas se laisser traiter d'incompétents comme ça, a poursuivi le DTN. Le double colombien a eu le même souci et pourtant ils ont réussi à battre Mahut et Herbert". Une façon de mettre les joueurs devant leurs responsabilités et de faire face aux critiques estimant que l'équipe de France n'était pas bien préparée pour ces Jeux.

"Franchement, tous et toutes étaient extrêmement motivés pour faire des médailles, c'est difficile à comprendre, a encore expliqué Di Pasquale. On ne peut pas se trouver des excuses et dire que les JO c'est particulier, qu'il y a une pression différente. Tout le monde le savait". Reste que le bilan est catastrophique, même s'il est à noter que Mladenovic (n° 38) et Garcia (n° 31) ont perdu contre mieux classées qu'elles (respectivement Madison Keys et Johanna Konta). Et que Tsonga a cédé face au Luxembourgeois Gilles Muller (n° 37) parce que blessé au pied. 

À LIRE AUSSI
>> Assiste-t-on aux pires débuts français aux JO ?
>> Notre page spéciale JO de Rio 2016

Lire et commenter