JO 2016 - Fabien Gilot : "On est quand même fiers"

JO DE RIO 2016
RIO - Battus par les Américains en relais du 4x100 mètres dans la nuit de dimanche à lundi, les Français n'ont pas su conserver leur titre olympique. Pas de quoi pour autant les plonger dans le désarroi le plus complet.

Une déception à digérer. Si à la sortie du bassin de Rio les relayeurs tricolores - Mehdy Metella, Fabien Gilot, Florent Manaudou et Jérémy Stravius (dans leur ordre de passage) - faisaient grise mine, en zone mixte, ils ont tout de même offert quelques sourires aux médias. Du moins Gilot et Stravius qui se sont arrêtés, alors que Manaudou est passé devant la presse en lâchant un énigmatique : "Désolé, mais je vais d'abord récupérer"...

"Il n'y a pas de coupable dans l'histoire"

Bref, les champions olympiques de Londres, invaincus depuis, ont été défaits, mais avec les honneurs. "On n'a pas à rougir, on est quand même fiers, a expliqué Gillot (32 ans), qui en a profité pour officialiser l'arrêt de sa carrière après ces Jeux. On est tombé sur une équipe américaine très forte et ça s'est joué à pas grand-chose". 3'10''53 pour les Bleus et 3'09''92 pour Michael Phelps et sa bande. C'est d'ailleurs sur le relais de l'homme aux désormais 19 médailles d'or olympique que s'est jouée cette finale.

"C'est vrai qu'il m'a un peu décroché, s'est d'ailleurs presque excusé Gilot. Il y a quatre ans, c'est moi qui avais fini devant lui... C'est comme ça, c'est le sport". Fidèle à l'esprit d'équipe irréprochable qui a toujours animé le relais français, Jérémy Stravius a ensuite voulu réconforter son camarade : "Il n'y a pas de coupable dans l'histoire", a déclaré celui qui a tout tenté dans le finish mais en vain. Preuve que l'argent ne divise pas toujours les copains. 

À LIRE AUSSI
>>  Hand : les Bleus se sont fait un peu peur
>> Notre page spéciale JO de Rio 2016 

Lire et commenter