JO 2016 : la "Team Yavbou" balayée, le sélectionneur appelle à la révolte

JO DE RIO 2016
DECONVENUE – Sèchement battue par l’Italie pour son entrée en lice dans le tournoi olympique de volley (3-0), la "Team Yavbou" va rapidement devoir corriger le tir sous peine de grosse désillusion. L’entraîneur Laurent Tillie appelle ses joueurs à retrouver leur esprit combatif qui leur avait permis de conquérir le titre européen.

Le réveil fut très douloureux pour l’équipe de France de volley-ball, qui disputait son premier match dans le tournoi olympique à 9h30 (heure du Brésil) ce dimanche. Cueillis au saut du lit par les Italiens, vainqueurs 3 à 0 (25-20, 25-20, 25-15), les coéquipiers d’Earvin Ngapteh, prétendants à une médaille à Rio, vont rapidement devoir enfiler leur tenue de combat pour le reste de la compétition, sous peine de grosse désillusion. "Nous avons fait l'erreur de vouloir jouer aussi bien que l'an passé, alors que ce n'est plus la réalité d'aujourd'hui", a expliqué l'entraîneur Laurent Tillie.

"Il va falloir être un peu plus dans le combat"

Depuis l'été 2015, le "Team Yavbou" avait enchaîné les exploits: victoire en Ligue mondiale dans la même salle, le Maracanazinho, en juillet, titre européen en octobre, puis finale au tournoi de qualification olympique, en janvier, qui leur avait ouvert la porte des JO. "Notre pic de niveau a été ce TQO de Berlin. Depuis, tout doucement, ça se dégrade un peu, on est moins agressif, moins précis, moins attentif. On n'a pas exactement la même efficacité. Il va falloir l'accepter et être un peu plus dans le combat", a prévenu le sélectionneur. C'est justement ce qui a manqué dimanche, après un départ calamiteux: 8-0 pour l'Italie en quelques minutes. "Ça ne m'était jamais arrivé", a dit le capitaine Benjamin Toniutti.

A LIRE AUSSI >> Toute l'actualité des JO de Rio est à retrouver sur metronews

La suite de la rencontre n’a pas été meilleure : pas de service de Kevin Le Roux ni de contre de Nicolas Le Goff, trop peu d'attaques d'Earvin Ngapeth et Antonin Rouzier, les Français ont été méconnaissables. Au bout d'à peine une heure et quart, l'affaire était pliée. "L'Italie a mis une pression énorme tout le temps et a été largement plus solide", ne pouvait qu'admettre le passeur Toniutti, dominé lui aussi dans la distribution par son homologue italien. Aussi cinglante soit-elle, cette claque assénée par une équipe que les Bleus venaient pourtant de battre à deux reprises 3-0 en Ligue mondiale en juin et juillet, n'obstrue pas la route du podium. Les Français peuvent se remettre d'aplomb en écartant les modestes Mexicains mardi. Ensuite, il faudra jouer un autre volley pour inquiéter les plus forts.

Lire et commenter