JO 2016 : le handball français est-il toujours "Expert" en or ?

JO DE RIO 2016
RIO - Doubles champions olympiques en titre, les hommes de Claude Onesta font évidemment partie des favoris pour décrocher une nouvelle médaille d'or au Brésil. Mais alors qu'ils débutent leur tournoi olympique dans la nuit de dimanche à lundi face à la Tunisie (0 h 45), les coéquipiers de Nikola Karabatic sont arrivés au Brésil avec quelques doutes dans leurs valises.

Le tableau a été posé d'entrée. Au moment de présenter son équipe à la presse lors de la première visite des handballeurs au Club France mercredi, Claude Onesta a mis les pieds dans le plat : "C'est une équipe qui par moments a plus de potentiel que les précédentes équipes de France mais qui a aussi moins de maîtrise. Donc on alterne entre l'insuffisant et le brillant". Ou comment mettre tout de suite les joueurs face à leur responsabilité. 

Remarquable meneur d'hommes, le sélectionneur en poste depuis 2001, qui a donc remporté deux médailles d'or (2008 et 2012) et trois titres de champions du monde (2009, 2011 et 2015), n'a évidemment pas fait cette sortie gratuitement. Il attend de ses hommes à Rio du sérieux, de la constance et surtout de ne pas se laisser griser par la perspective historique de remporter un troisième titre d'affilée. "On sait qu'on a la responsabilité d'honorer ce statut de double champion olympique, mais ça ne doit trop nous peser non plus", estime d'ailleurs Luka Karabatic, qui comme beaucoup de ses coéquipiers va vivre ses premiers Jeux.

"On a beaucoup de jeunes mais ce sont loin d'être des novices"

Un rajeunissement de l'effectif qui fait dire à certains observateurs que le défi est trop grand, malgré la présence des tauliers de Londres que sont Luc Abalo, Mickaël Guigou, Thierry Omeyer, Daniel Narcisse, Cédric Sorhaindo et Nikola Karabatic. Ce dernier relativise d'ailleurs cette analyse : "C'est vrai qu'on a beaucoup de jeunes joueurs mais ce sont loin d'être des novices. Tous jouent dans de grands clubs et beaucoup ont déjà gagné avec l'équipe de France".

Les campagnes européennes et mondiales victorieuses de 2014 et 2015 sont en effet venues déflorer le palmarès international d'une génération prête "à casser la baraque" d'après l'aîné des Karabatic. Une nouvelle vague, notamment incarnée par Valentin Porte, Adrien Dipanda ou Mathieu Grébille, qui va devoir se mettre à la hauteur de l'événement. Afin de satisfaire la boulimie de victoires des derniers représentants des Experts, dont Omeyer qui, malgré ses 39 ans, a toujours autant "faim de titres". C'est même pour ça qu'il est là. 

À LIRE AUSSI 
>>  A la découverte du Club France à Rio
>> Notre page spéciale JO de Rio 2016

Lire et commenter