JO 2016 : l’équipe de France de foot féminin s’offre une revanche contre le Canada en quarts de finale

JO DE RIO 2016
FOOTBALL – Grâce à leur large victoire (3-0) face à la Nouvelle-Zélande, dans la nuit de mardi à mercredi, les Bleues se sont qualifiées pour les quarts de finale du tournoi olympique. Rassérénées, elles veulent désormais faire plier le Canada, qui les avait privées de la médaille de bronze en 2012.

Vainqueures (4-0 contre la Colombie) puis vaincues (1-0 par les États-Unis), les Bleus ne savaient plus trop où elles en étaient. Désormais, c’est limpide : elles sont en quart de finale du tournoi olympique de football féminin des Jeux Olympiques de Rio de Janeiro, grâce à leur victoire (3-0) contre la Nouvelle-Zélande dans la nuit de mardi à mercredi. Ce bilan quelque peu mitigé à l’issue de la phase de poules ressemble, en outre, désormais à un mal pour un bien, puisque l’Allemagne a terminé 2e de son groupe, et se coltinera donc les Américaines, les Françaises héritant pour le coup d’un adversaire plus abordable, le Canada. Même si ces demoiselles n’oublieront pas que c’est cette équipe qui les avait privées de la médaille de bronze aux JO de Londres.

Delannoy : "Ce sont des moments qui soudent un groupe"

"Quand les groupes ont été tirés, on s'est dit que l'Allemagne finirait certainement première de son groupe. On a joué le Canada en préparation (victoire des Bleues 1-0 le 23 juillet à Auxerre, ndlr), c'est une équipe qui propose une très belle opposition. Donc ce n'est pas vraiment une surprise de les voir là, c'est une très belle équipe. Je n'étais pas aux JO de Londres, mais pas mal de filles y étaient, je sais que cette défaite avait été difficile à digérer. Ce sera une motivation supplémentaire pour les filles qui y étaient, et les autres, on aura envie de les aider à prendre leur revanche", a expliqué la défenseur Sabrina Delannoy dans la foulée de la qualification.

EN SAVOIR + >>  JO 2016 : les Bleues étrillent la Colombie pour leur entrée en lice

Toutefois, cette large victoire française cache une mise en route poussive et des difficultés récurrentes à se procurer des occasions franches dans ce tournoi. Il aura en effet fallu que le sélectionneur, Philippe Bergeroo, tente un improbable coup de poker pour renverser la table dès la 35e minute en remplaçant l’attaquante Marie-Laure Delie par Eugénie Le Sommer, qui offrira aux siennes le but de la libération trois minutes plus tard, avant que Louisa Cadamuro ne vienne plier l’affaire en inscrivant un doublé dans la dernière demi-heure. "Ça fait du bien de rebondir de cette manière après la défaite face aux Américaines, a insisté Delannoy. Ce match a permis à des joueuses qui avaient disputé les deux premiers matches de souffler un peu, elles pourront être plus en forme en quart. Ce sont des moments qui soudent un groupe." On se rassure toujours comme on peut. 

Lire et commenter