JO 2016 : pourquoi on ne s'inquiète pas trop pour Florent Manaudou

JO DE RIO 2016

RIO - Alors que la semaine a été marquée par les contre-performances et les clashs dans le camp tricolore, le champion olympique en titre du 50 m nage libre entame ses séries jeudi (18 heures, heure française). Un contexte vraiment pas idéal pour Florent Manaudou, mais qui ne devrait pas le perturber outre mesure.

Surtout, garder son calme. Ultime chance pour la natation tricolore de sauver (au moins un peu) ces Jeux de Rio, Florent Manaudou a une énorme pression sur ses épaules. Elle est donc double, car en plus de devoir défendre son titre olympique remporté à Londres un peu à la surprise générale (un doublé qu'aucun nageur français n'a jusque-là réussi), il doit aussi maintenir à flot sa discipline. Pas simple, car le contexte très tendu qui entoure la délégation tricolore n'a rien pour favoriser la sérénité et la performance.

"Il nous a dit qu'il n'en avait rien à foutre de ce qui se passe à côté"

Très discret ces derniers jours alors que tout le monde s'écharpait autour du relais 4 x 200 m et de Yannick Agnel, Manaudou n'a plus été vu depuis la médaille d'argent du 4 x 100 m obtenue dans la nuit de dimanche à lundi. D'ailleurs, le petit frère de Laure n'avait pas beaucoup traîné dans les coursives du centre aquatique olympique, exténué par l'effort sur le podium et donc presser d'aller "récupérer", comme il l'avait soufflé aux journalistes en zone mixte. Une volonté aussi de se remettre dans sa bulle, afin de continuer à préparer son 50 m.

Est-il pour autant resté hermétique aux polémiques qui ont touché ses partenaires avec qui il fait chambre commune au village olympique ? Son entourage assure en tout cas que oui : "On sait qu'il ne se laisse pas facilement atteindre. Entre le dopage, Agnel, etc., c'est un peu compliqué, convient Laure Manaudou dans Le Parisien. Il nous a dit qu'il n'en avait rien à foutre de ce qui se passe à côté et je lui fais confiance". En espérant que l'ancienne championne a raison. 

À LIRE AUSSI
>> "J'en veux beaucoup à Agnel"
>> Notre page spéciale JO de Rio 2016

Lire et commenter