JO : comment les Bleues ont remporté "le match le plus fou" de leur carrière

JO DE RIO 2016
RIO - Méconnaissables et dépassées en première mi-temps de leur quart de finale face à l'Espagne mardi, l'équipe de France de hand a finalement renversé la situation en fin de match puis en prolongation (27-26). Une victoire complètement dingue que les filles d'Olivier Krumbholz ne sont pas prêtes d'oublier, même s'il va vite falloir se recentrer sur la demi-finale.

Elles n'ont pourtant jamais douté. Malgré une partie très très mal embarquée à la pause, les Bleues était alors menées 12-5 et ne paraissaient pas en mesure de réagir, les filles de l'équipe de France ont toujours cru en leur chance d'aller en demi-finale. Un stade de la compétition qu'elle n'avaient pourtant plus atteint aux Jeux depuis 2004. "Au début du match, je pense qu'on été un peu crispées par ce quart de finale qu'on arrivait jamais à passer, a estimé Siraba Dembélé après la rencontre. Mais, même menées, on a jamais lâché et on a fini par les faire douter. On les a bouffé psychologiquement".

"Là, c'est un peu la folie. Mais dans une heure, on se remet dans le tournoi"

Un jet de 7 m réussi par Gnonsiane Niombla pour égaliser à 23-23 dans l'ultime seconde du temps réglementaire puis des Espagnoles liquéfiées en prolongation, tout c'est en fait joué à la résistance mentale. "Emotionnellement, je n'ai jamais vécu ça. C'est le match le plus fou de ma carrière, lâche même Laurisa Landre. On savait qu'on pouvait le faire. Avant la rencontre, Olivier (Krumbholz, le sélectionneur, ndlr), nous avait dit de jamais douter, qu'en 2003, avant d'être championnes du monde, les filles avaient été menées de 7 buts".

Le scénario s'est donc reproduit, mais il ne doit pas trop faire tourner les têtes non plus. Car les Bleues n'ont encore rien gagné. "Ne vous inquiétez pas pour ça, prévient encore Dembélé. Là, c'est un peu la folie, mais dans une heure, ça sera oublié. On va se remettre dans le tournoi et préparer la suite". Car jeudi (20 h 30, heure française), ce sont les vice-championnes d'Europe néerlandaises qui se profilent. Des joueuses que les Bleues ont déjà battues en poules et qui disputent leurs premiers Jeux olympiques. 

À LIRE AUSSI
>>  Pourquoi Lavillenie n'a pas digéré les sifflets brésiliens
>> Notre page spéciale JO de Rio 2016

Lire et commenter