JO : doit-on écrire "Sotchi" ou "Sochi" ?

JO : doit-on écrire "Sotchi" ou "Sochi" ?

DirectLCI
JEUX OLYMPIQUES – Vous avez été nombreux à nous poser LA question qui torture les méninges de tous ceux qui suivent les JO. Alors doit-on écrire Sotchi avec un "t" ou pas?

Les Jeux Olympiques ont débuté il y a une semaine et le débat fait toujours rage, notamment dans vos commentaires, chers lecteurs. Doit-on, oui ou non, mettre un "t" à Sotchi, alors que lors des retransmissions télévisuelles, tous les panneaux des compétitions n'en ont pas ?

Dans la langue russe, le nome de la ville hôte des JO se prononce avec un "tch" qu'il faut donc transcrire en français. Impossible de s'inspirer de l'alphabet russe, en cyrillique puisque "aucune lettre ne correspond entre l'écriture Сочи (en russe) et 'Sotchi' (en français)", explique le professeur Dimitri De Kochko du Centre russe pour la science et la culture (CRSC), à Paris. "Pour produire le son adéquat (et donc la bonne prononciation), il faut donc ajouter un "t" en français". Ce qui nous permet au passage d'éviter les jeux de mots à base de so-shi.

Sochi à la TV, Sotchi dans les journaux

Alors pourquoi ce "Sochi" partout à la télévision ? La première langue officielle des Jeux Olympiques étant l'anglais, c'est la graphie anglo-saxonne qui a été adoptée sur le site olympique, en conjugaison avec le cyrillique du pays hôte. Or, "l'anglais prononce naturellement ce fameux son tch lorsqu'est écrit ch comme pour "champion" (prononcez 'tchémpion') par exemple" explique le CSRC. Pas besoin, donc, d'y ajouter un "t".

Moralité : les deux écritures sont correctes, en fonction de la langue choisie. France Télévisions utilisant le logo officiel des Jeux, directement fourni par le Comité international olympique, c'est donc la graphie anglaise qui apparaît sur vos écrans télé.

La presse écrite, en revanche, utilise la version française. À titre de comparaison, Sotchi s'écrit "Soczi" en polonais, et "Soči" en tchèque. Et puis pas d'inquiétude, les traductions de villes hôtes des JO posent des problèmes à chaque olympiade. Souvenez-vous de Turin/Torino en 2006, Bejing/Pékin en 2008 ou Londres/London en 2012. Et la question se posera encore à 2018 lorsque la caravane olympique s'installera à Pyeongchang.

Lire et commenter