JO : est-ce qu'au moins il est bon en taekwondo le "Monsieur monoï" de la cérémonie d’ouverture ?

JO DE RIO 2016
RIO – Véritable star dans le monde entier depuis qu’il a défilé torse nu et enduit d’huile à la cérémonie d’ouverture le 5 août dernier, le porte-drapeau tongien entre enfin en compétition ce samedi (14 h 15, heure française). Mais on vous prévient, Pita Taufatofua est tout sauf un cador du taekwondo.

Quasiment inconnu au bataillon. Lorsqu’on a essayé d’en savoir un peu plus sur le "Monsieur monoï" de la cérémonie d’ouverture, autant vous dire qu’on a eu bien du mal à trouver des informations sur Pita Taufatofua (32 ans). Tapez son nom dans Google et vous tomberez évidemment sur son défilé, drapeau tongien en mains et muscles luisants, qui a émoustillé la planète entière. Vous le verrez aussi se faire assaillir par des groupies puis enduire d’huile sur plateau de télévision. Mais vous aurez par contre beaucoup plus de mal à trouver des images de lui en train de combattre.

Car en termes de taekwondo,Taufatofua n'est pas un phénomène. Avec un palmarès quasi vierge, celui qui débute son tournoi en +80 kg est à Rio après remporté celui des qualifications océaniennes en février derniern a surtout eu une carrière marquée par une flopée de blessures : le Tongien ayant notamment passé 3 mois en fauteuil roulant et un an et demi en béquilles. "Il n’a pas marqué notre discipline", nous confie d'ailleurs la Française Gwladys Épangue.

"Je ne savais même pas qu’il était de chez nous quand il a fait le buzz"

Même Mickaël Borot, le champion d'Europe tricolore en 2006, qui l'a battu un an plus tard pour les qualifications aux JO de Pékin, n'a "aucun souvenir" de Pita. "Franchement, je ne savais même pas qu’il était de chez nous quand il a fait le buzz à la cérémonie d’ouverture", poursuit Epangue, qui file pourtant des coups de lattes dans le monde entier depuis bientôt 20 ans.

Mais c’est plutôt d’un bon œil que la médaillée de bronze en 2008, dont le concours (+67 kg) commence samedi (14 h, heures française), voit l’initiative virale de Taufatofua : "Il a une belle plastique, il a eu raison de la mettre en valeur. En plus, il mais en avant notre discipline de façon positive, c’est plutôt cool". On peut d’ailleurs déjà parier que le premier combat de Pita Taufatofua va faire salle comble. D’autant qu’il faut en profiter, car d'après ce qu'on a compris, ce n'est pas sûr du tout qu'il y en ait un second...

 

À LIRE AUSSI
>>  Kévin Mayer, la nouvelle star de l'athlé français
>> Notre page spéciale JO de Rio 2016

Lire et commenter