JO – Handball : de l’argent, quelques larmes mais surtout "une grande fierté" pour les Bleues

JO DE RIO 2016
RIO – Battues en finale du tournoi olympique samedi soir par la Russie (22-19), l'équipe de France n’a pas réussi à accrocher la médaille d'or. Mais si la déception se lisait évidemment sur les visages des filles d’Olivier Krumbholz au coup de sifflet final, c’est plutôt la satisfaction du devoir accompli qui a ensuite dominé.

Toujours mettre les choses en perspective. Si perdre une finale n’est évidemment jamais un bon moment à vivre, d’autant qu’elle aurait certainement pu basculer en milieu de seconde période si les Françaises avaient mieux géré quelques ballons offensifs, ramener la médaille d’argent quand on sait où était cette équipe il y a six mois relève bien de l’exploit. "Pour le moment, on est encore dans la déception, c’est normal, explique Grâce Zaadi. Mais ça va passer. Quand on regarde le chemin parcouru, on ne peut que être fière de ce qu’on a fait".

Avec chacune des vice-championnes olympiques, le même processus : d'abord les yeux rougis, le visage marqué puis, au fur et mesure des discussions, à refaire le film de ce tournoi et de ce dernier mois, le sourire qui revient. "Je m’en veux un peu car je n’ai pas fait une bonne finale. Mais en face, la Russie, c’était très fort…", regrette quand même Siraba Dembélé, alors que les larmes coulent encore sur ses joues. Des pleurs vite oubliés au moment d’évoquer l’avenir sans doute radieux qui attend ce groupe de joueuses, transformé depuis l’arrivée d’Olivier Krumbholz en janvier dernier.

"Il y a un mois et demi, j’aurais signé même pour le bronze"

"Il y a de la tristesse, mais surtout une grande fierté, poursuit Dembélé. Quand on voit qu’on arrive à faire l’argent en se préparant seulement pendant six mois, imaginez le potentiel qu’on a. Vous avez pas fini d’entendre parler de nous". Reste à savoir si ce sera toujours avec le même sélectionneur. Krumbholz, en mission pour ces Jeux, n’a pas voulu évoquer son cas personnel mais a tout de même noté quelques "axes de travail" pour les mois à venir...

"C’est dommage, car on leur posé beaucoup de problèmes et on a eu les ballons pour leur faire vraiment mal à la tête, déplore aussi Camille Ayglon. Mais si on m’avait dit qu’on serait médaillées il y a un mois et demi, j’aurais signé même pour le bronze". C’est donc l’argent, et il faut cette fois le bonheur. Après, leur passage devant les médias, les Françaises sont ensuite retournées sur le parquet de la Future Arena pour prendre des photos devant le podium avec leur récompense autour du cou. Plus tard, elles iront "fêter ça toutes ensemble" au Club France, dixit la gardienne Laura Glauser. Car ces Bleues n’ont jamais bien fonctionné que comme ça : en équipe.

À LIRE AUSSI
>> REVIVEZ - Les filles du hand ratent l'or...
>> Notre page spéciale JO de Rio 2016
 

Lire et commenter