JO - Handball : pourquoi ces Bleues peuvent aller au bout

JO DE RIO 2016
RIO - Opposées aux Pays-Bas en demi-finale du tournoi de handball féminin jeudi (20 h 30, heure française), les Françaises rêvent maintenant d'une médaille olympique. Et après leur incroyable victoire face à l'Espagne en quarts, elles peuvent vraiment y croire.

Krumbholz a retrouvé la formule
Ecarté de la sélection en 2013 après 15 années à la tête de la sélection féminine, Oliver Krumbholz a finalement été rappelé à la rescousse en janvier dernier pour remplacer un Alain Portes en conflit avec plusieurs de ses joueuses. Et en quelques mois, celui avec qui les Bleues ont tutoyé les sommets  (championnes du monde en 2003 et vice-championnes du monde en 1999, 2009 et 2011) a remis tout le monde dans le droit chemin. Face à l'Espagne, son discours à la pause a même fait la différence : "Il nous a dit : 'En 2003, on rattrape 7 buts en 7 minutes, et vous croyez qu'on ne va pas réussir à le faire en 30 minutes ?'", a salué l’ailière Manon Houette.

Le déclic en quart
Inexistantes en première mi-temps face aux Espagnoles, les Françaises, pourtant menées 12-5 à la pause, ont finalement inversé la tendance en égalisant dans les ultimes secondes de ce quart et en l'emportant en prolongation. "Le match le plus fou de ma carrière", a expliqué Laurisa Landre mais au cours duquel les Bleues n'ont pas douté ou paniqué. "Même menées, on a jamais lâché, détaillait Siraba Dembélé. On les a bouffé psychologiquement". Cette "remontada" qui a prouvé que cette équipe avait un gros caractère et a offert énormément de confiance. De quoi voir venir la suite avec quelques certitudes. 

Les Pays-Bas sont prenables
Même si les Française ont toutes prévenu que le fait d'avoir battu les Néerlandaises en phase de poules (18-14) ne veut pas dire "que ce sera facile en quart", les Bleues auraient quand même pu plus mal tomber. Si évidemment les Pays-Bas sont vice-champions du monde en titre et restaient sur deux victoires face aux filles d'Oliver Krumbholz avant Rio, elles participent à leurs premiers Jeux. Un manque d'expérience à ce niveau de jeu et de pression qui pourrait faire la différence. Mais le sélectionneur prévient : "Les Pays-bas, c'est très solide. Je pense que les deux équipes qui ont le plus de moyens dans ces JO, ce sont les Pays-Bas et la Russie". Et la France aussi quand même.

À LIRE AUSSI
>>  Ce qui rend fou le village olympique ? Le troc de pin's !
>> Notre page spéciale JO de Rio 2016

Lire et commenter