JO - Pas d’inquiétude pour les Experts, ils vont vite passer à autre chose

JO DE RIO 2016
RIO – Finalement médaillée d’argent après sa défaite en finale dimanche soir face au Danemark (28-26), l’équipe de France n’a donc pas réalisé ce triplé olympique historique qui lui tendait les bras. Evidemment déçus, Nikola Karabatic ont pourtant tout de suite relativisé et évoqué l’avenir.

"C’est le sport". Phrase un peu bateau d’un soir de défaite, le poncif était sur toutes les lèvres des Experts après leur défaite en finale du tournoi olympique. Pourtant, la médaille d’argent autour du coup, les joueurs n’était pas non plus à terre. Surtout les plus anciens, déjà gavés de titres. "On peut être quand même fiers de notre parcours, on a fait un beau tournoi, a notamment expliqué Michaël Guigou. C’est sûr que perdre en finale n’est jamais agréable, mais cette médaille est quand même belle. Quand on la mettra à côtés autres (qui sont en or, donc, ndlr), c’est celle qu’on verra le plus".

Même son de cloche pour Nikola Karabatic, qui aurait quand même "adoré" être champion olympique au côté de son frère Luka, mais parvient à relativiser : "On est déçus, mais cette médaille représente beaucoup pour nous. C’est pas celle qu’on voulait mais des milliers d’athlètes aimeraient à notre place. On fait comme les filles, donc le handball a amené sa part à ce qu’a fait la France à Rio. On a réussi à battre le record de médailles, c'est pas rien". Un peu plus marqué, Valentin Porte ressassait encore "les petites erreurs des uns et des autres" mais savourera quand même son titre vice-champion olympique un peu plus tard, "ça viendra…"

Ce n'est pas une fin de cycle, elle interviendra après le Mondial en France dans six mois

Plus collectivement, cette défaite empêche effectivement les Experts de marquer encore un peu plus l’histoire du handball mais n’est pas synonyme de fin de cycle. Avec la perspective des Championnats du monde organisés en France en janvier 2017, les plus anciens attendront donc encore un  peu avant d'annoncer la fin de leur carrière internationale. "Un Mondial en France, c’est quelque chose d’incroyable dans une carrière, confie Daniel Narcisse. Ça va arriver vite en plus, donc on va rapidement se projeter vers ce nouvel objectif". Et en bon gestionnaire, Claude Onesta s’est lui aussi tourné vers l’après.

Car si le sélectionneur n’avait pas grand-chose à reprocher à ses hommes sur ce tournoi olympique, il attendra par contre un peu de la nouvelle génération dans six mois : "On ne peut pas demander aux jeunes d’être exceptionnel sur une finale olympique. Par contre, d’ici les Championnats du monde et pendant, ça va être à eux d’amener ce petit plus qui nous a manquer sur cette finale". Car passé cette nouvelle échéance, un nouveau cycle olympique débutera, et il se fera sans doute sans Daniel Narcisse, Thierry Omeyer ou Michaël Guigou. Des experts parmi les Experts.

À LIRE AUSSI
>> Comment les Bleus ont laissé filer l'or
>> Notre page spéciale JO de Rio 2016

Lire et commenter