JO : record de médailles pour la France, Rio, Phelps, Biles, Bolt… pourquoi ces Jeux nous ont fait rêver

JO DE RIO 2016

RIO – Malgré quelques couacs au démarrage et de nombreuses polémiques, ces Jeux ont quand même été une belle réussite. Car au niveau sportif, la délégation tricolore et les grandes stars internationales ne nous ont pas déçus.

Finish historique pour les Bleus
Si tout a très mal commencé, avec deux premières journées sans médaille et un relais 4 x 100 m nage libre qui a perdu son titre olympique, les athlètes français sont ensuite vraiment montés en puissance. Notamment pendant une seconde semaine historique, et habituellement moins dense en succès. Car avec 42 médailles (10 en or, 18 en argent et 14 en bronze), les tricolores effacent le record précédent de Pékin en 2008 (41). 

Bien sûr, Florent Manaudou, Renaud Lavillenie ou les Experts n’ont pas ramené l’or que tout le monde attendait, mais Teddy Riner, lui, l’a fait. On retiendra aussi la réussite de l’athlétisme à Rio, avec un total de médailles (6) inédit depuis 1948. Christophe Lemaitre s’offrant même le luxe d’un podium sur le 200 m… Remarquable ! Tout comme le comportement et les performances de nos boxeurs, qui rapportent en tout six médailles dont deux en or : la première grâce à Estelle Mossely et la seconde grâce à son compagnon Tony Yoka dimanche soir, à quelques heures de la cérémonie de clôture. La cerise sur le gâteau !

Des Cariocas attachants
Oui, ils sont très peu nombreux à parler anglais, oui, ils conduisent à tombeau ouvert en grillant les feux rouge la nuit et oui, ils sont supporters dans l’âme et cherchent à déstabiliser l’adversaire. Mais surtout, les Brésiliens ont été super accueillants avec le monde entier. Parfois avec les moyens du bord, souvent de façon une peu désorganisée mais toujours avec le sourire. 

Pourtant, ce pays souffre, car au-delà de la grave crise politique qu’il vit, l’inégalité de sa société saute encore et toujours aux yeux lorsque l’on longe d’immenses favelas pour rallier le stade olympique ou le Maracanã. Alors bien sûr, il y a eu des problèmes de sécurité, des vols, quelques agressions mais surtout beaucoup d’entraide et de bienveillance envers les centaines de milliers de personnes venues à Rio pour les Jeux. 

 Des légendes et de nouvelles stars
Partis en rois incontestés de leur discipline, Michaels Phelps (5 médailles d’or et 1 d’argent en natation) et Usain Bolt (3 médailles d’or au sprint) auront marqué ces Jeux de leur empreinte pour leur dernière aventure olympique. Et comme une passation de pouvoir déjà amorcée, les deux hommes ne seront pas à Tokyo dans quatre ans, Phelps (31 ans) et Bolt (29 ans) ont quand même laissé un peu de gloire à la nouvelle génération. 

Ainsi, l’Américaine Katie Ledecky (19 ans) a elle aussi moissonné large dans les bassins de Rio (4 médailles d’or et 1 en argent) et le Canadien Andre De Grasse (21 ans) a prouvé qu’il pouvait assurer la relève du sprint mondial (1 médaille d’argent et 2 de bronze). Même chose pour la nouvelle petite fiancée de l’Amérique Simone Biles (19 ans), qui a ébloui le monde entier avec ses quatre titres olympiques et une médaille de bronze en gymnastique artistique. Du jamais vu depuis 1956. Vivement 2020 !

À LIRE AUSSI
>>  Ce qui a rendu fou le village olympique ? Le troc de pin's !
>> Notre page spéciale JO de Rio 2016

Lire et commenter