JO Rio 2016 - Handball : des jumelles au sifflet avec les sœurs Bonaventura

JO DE RIO 2016
RIO - Alors que le tournoi féminin bat son plein, deux arbitres Françaises officient sur les parquets brésiliens. La particularité de Charlotte et Julie Bonaventura (36 ans) ? Elles sont jumelles, fonctionnent en binôme et font partie des toutes meilleures arbitres de handball au monde.

Qu'est-ce que ça change d'être sœurs pour arbitrer ?
Charlotte : "Rien que dans la préparation, ça permet de se motiver mutuellement. Si un jour je n’ai pas trop envie d'aller courir ou de faire des exercices, je sais que Julie sera là pour me pousser. Quand on doit bosser (Charlotte travaille à Caisse de retraite du Sud-Est, ndlr) tous les jours et aussi se préparer pour le hand. C'est pas toujours évident". 

Julie : "Sur le terrain aussi, ça fait la différence car on se comprend d'un simple regard. On a les kits oreillettes mais franchement, on n'a pas vraiment besoin de ça pour communiquer. C'est utile en cas de panne (rires) ! Même quand on est à 20 mètres, on sait ce que l'autre pense car on se connaît par cœur. Il y a une sorte d'osmose entre nous et surtout une grande confiance mutuelle". 

"On a déjà fait la finale à Londres, donc cette année, on veut bien la laisser aux Bleues"

Après ceux de Londres, où vous aviez arbitré la finale, vous disputez vos seconds Jeux à Rio. En quoi cela reste un événement exceptionnel ?
Charlotte : "Rien n’est comparable aux JO, même une Coupe du monde de foot. Là, tous les sports sont réunis et presque tous les pays sont là. Pour tout le monde, athlètes, organisateurs..., c'est quatre ans de boulots et de sacrifices pour y être. C’est vraiment incroyable à vivre. Il n'y a qu’à voir la cérémonie d'ouverture, on s'en rend compte quand on est devant sa télé ou dans le stade, il se passe quelque chose de magique. La vasque qui s'allume, c'est des frissons garantis". 

Julie : "C'est très impressionnant et il ne faut surtout pas trop se mettre de pression. Nous, on a préparé ça comme on le fait pour une autre compétition, même si on sait que c'est vraiment à part. On est conscientes que les matches que l'on va arbitrer vont avoir une audience bien supérieure à ceux sur lesquels on est d'habitude, donc on a encore moins le droit à l'erreur. Et puis pour notre sport, on veut aussi donner une belle image du hand. Les Jeux sont aussi une superbe vitrine pour nous". 

Reste-t-on supporter de l'équipe de France quand on sait que plus la bande à Allison Pineau va loin dans le tournoi plus le votre va s'arrêter vite ?
Charlotte : "Notre priorité, c'est l'équipe de France. Si les filles se font sortir et qu'il faut représenter le pays dans le tournoi, on le fera avec beaucoup de fierté et le plus d'application possible".

Julie : "On est tout d'abord supportrice de l'équipe de France et si elle nous laisse une petite part de gâteau, on la prendra. Mais vu qu'on a déjà fait une finale olympique il y a quatre ans, on veut bien la leur laisser cette année à Rio". 

EN SAVOIR + >> Notre page spéciale Rio 2016

Lire et commenter