JO Rio 2016 : Teddy Riner en garde du corps et petites blagues, François Hollande était au Club France

JO DE RIO 2016
RIO - Au Brésil depuis jeudi, le président de la République poursuit son marathon avant la cérémonie d'ouverture des Jeux vendredi soir au Brésil (samedi à 1 heure du matin en France). Et après avoir visité le Village olympique, François Hollande est venu officiellement inaugurer le Club France, lieu où seront fêtées les médailles françaises qu'il espère nombreuses.

Un tout autre public. Si depuis le début de la semaine le Club France accueille les sportifs tricolores et les journalistes en toute décontraction - tee-shirts, bermudas et food trucks - le passage de François Hollande a fait passer le site dans une autre dimension. Travaux complètement terminés et sécurité évidemment renforcée, même si chaque visiteur passe chaque jour au détecteur de métaux, la Sociedade Hípica Brasileira, qui héberge les installations, à fait place nette à un nombre impressionnant de personnes en costard-cravate et tirées à quatre épingles.

Qu'ils soient membre de la délégation de la présidence, officiels du CNOSF ou invités, tout ce beau monde a observé, parfois avec étonnement pour les non initiés, la cohorte de journalistes et de membres du service de sécurité accompagnant le chef de l'Etat à chacun de ses mouvements. Comme lorsqu'il est passé du plateau de France Télévisions à la Grande halle du Club France, où les athlètes viendront fêter leur médailles. 

Teddy Riner sera sans doute de ceux-là, mais avant ça, c'est en qualité de porte-drapeau de la délégation tricolore qu'il n'a pas quitté François Hollande d'une semelle depuis son arrivée au Brésil.

"Paris saura en 2017, une année où il se passera beaucoup de choses..."

Et après lui avoir servi de guide à la cantine du Village olympique, le judoka s'est mué en chauffeur de salle avant que le Président ne commence son discours. Une déclaration au cours de laquelle il a souhaité un maximum de médailles aux Bleus, a salué l'organisation brésilienne, a vanté les qualités de la candidature de Paris au JO 2024 et est aussi revenu sur le contexte tragique des dernières attaques terroristes qui ont frappé la France ces dernières semaines. Fidèle à lui-même, François Hollande s'est quand même permis dans tout ça quelques traits d'humour.

Concernant Paris 2024, le dirigeant a parlé de Tony Estanguet (triple champion olympique de canoë) comme étant "un moteur" de cette candidature, lui qui "dans son sport n'en a jamais eu besoin..." Toujours sur Paris 2024, il a évoqué ses espoirs de voir le dossier être retenu par le Comité olympique en 2017, "une année où il se passera décidément beaucoup de choses..." Et pour finir, le chef de l'Etat s'est excusé de ne pas être en tenu de sport, assurant que "cela viendra peut-être en fonction du nombre de médailles..." Bref, François Hollande a fait du François Hollande et cela a visiblement plu à l'assistance. Tout comme cette première Marseillaise entendue au Club France, dont tous espèrent que cela ne sera pas la dernière.

À LIRE AUSSI 
>>  A la découverte du Club France à Rio
>> Notre page spéciale JO de Rio 2016

Lire et commenter