JO : Yohann Diniz hospitalisé à l’arrivée "après une petite perte de connaissance"

JO : Yohann Diniz hospitalisé à l’arrivée "après une petite perte de connaissance"

DirectLCI
RIO – Obligé d’aller au bout de lui-même pour terminer son 50 km marche, le Français a terminé 8e vendredi et dans un sale état. Souffrant de maux de ventre depuis les premiers kilomètres, Yohann Diniz a même dû être envoyé à l’hôpital pour être "stabilisé".

Il ne pouvait pas lâcher. Victime d’une défaillance à Pékin en 2008 et d’une disqualification il y a quatre ans à Londres, Yohann Diniz (38 ans) n’était jamais parvenu à terminer un 50 km marche olympique. Alors, à Rio, le champion d’Europe 2014 s’était promis de faire beaucoup mieux, et même de décrocher l’or. Parti seul en tête de la course, le rêve était donc en marche jusqu’au 32e km et une première défaillance, puis une chute quelques kilomètres plus loin.

"On a pensé à le faire arrêter car quand tu le vois tomber et qu’il n’a plus la lucidité, le seul but c’est de le protéger, a expliqué son ancien entraîneur Pascal Chirat, désormais patron de la marche française. Mais je le connais, je savais qu’on ne pouvait pas lui demander ça. Si Yohann devait abandonner, il n’y que lui qui pouvait le décider". Alors, il est allé au bout  de ces 3h46'43 de course. Au bout de lui-même, surtout.

"C’est déjà une victoire d’avoir terminé dans l’état où il était"

"Après l’arrivée, il a eu une petite perte de connaissance et il a été envoyé à la polyclinique du village olympique, poursuit Chirat. Ils vont le stabiliser car il était super super fatigué". Pas assez "lucide" pour parler de sa course, il a juste expliqué avoir eu mal au ventre dès le 10e kilomètre. Visiblement, Diniz était quand même aussi déçu de ne pas avoir accroché le podium.

"Oui, Yohann ne sera champion ou même médaillé olympique, mais vu ce qu’il vient de montrer, je ne vois pas qui pourrait le lui reprocher, explique encore son ancien coach. C’est déjà une victoire d’avoir terminé dans l’état où il était". Et surtout une grande preuve de courage et de volonté.

À LIRE AUSSI
>>  Kévin Mayer, la nouvelle star de l'athlé français
>> Notre page spéciale JO de Rio 2016

Lire et commenter