La piscine olympique de Rio favorise-t-elle certains nageurs ?

JO DE RIO 2016
Des chercheurs du centre Consilman pour la Science de la natation à l’Université de l’Indiana ont publié une étude sur ces JO 2016. Et ils se posent la question d’une éventuelle présence de courants dans certaines lignes d’eau.

Après le bassin qui change de couleur, place aux interrogation sur des éventuels courants d’eau ? Après avoir comparé les temps enregistrés à Rio pendant la compétition, trois chercheurs de l’université de l’Indiana appuient la thèse, dans le Wall Street Journal , d’un impact direct de courants sur certaines lignes d’eau. Avec des statistiques à l’appui.

Des lignes d'eau 4 à 8 avantageuses ? 

Par exemple, seul un nageur parmi les huit hommes et huit femmes qui ont remporté les demi-finales du 50m nage libre, ne nageait pas entre les lignes d’eau 4 à 8. Egalement, les trois chercheurs ont observé que les nageurs présents en séries ou en demi-finale entre les lignes d’eau 5 et 8 ont été moins performants en finale, lorsqu’ils nageaient entre les lignes d’eau 1 et 4.

En revanche, les limites de cette étude se trouvent peut-être dans le résultat final du 50m. Si cinq des six athlètes médaillés en 50m NL se trouvaient entre les lignes d’eau 4 et 8, le champion olympique masculin Anthony Ervin se trouvait dans la ligne d’eau numéro 3. Quoi qu'il en soit, le CIO n’a pour le moment fait aucun commentaire. 

A LIRE AUSSI >> La piscine a viré verte, et on sait pourquoi

Lire et commenter