Lamy Chappuis, une déroute qui "fait mal"

Lamy Chappuis, une déroute qui "fait mal"

DirectLCI
JEUX OLYMPIQUES - Seulement classé 35e du combiné nordique mercredi à Sotchi, le tenant du titre est passé complètement au travers. Une grosse déception que Jason Lamy-Chappuis n'a pas caché dans cet entretien accordé à l'AFP.

Comment expliquez-vous cette contre-performance ?
Franchement, je ne sais pas. Les jambes n'étaient pas forcément au rendez-vous, mais je ne sais pas si c'est un mauvais choix de ski, la structure, le fart... Je ne sais pas exactement ce qui s'est passé, il va falloir voir avec les techniciens, mais en tout cas ce fut un calvaire pour finir ces dix bornes. J'ai eu l'impression de donner tout ce que j'avais et de me faire doubler à droite et à gauche. C'est une grosse déception parce que franchement cela ne reflète pas ce que je vaux. Que cela arrive aux JO, sur la course dont je suis le champion olympique en titre, cela fait mal quand même.

"Etre porte-drapeau ne m'a pas perturbé"

Vous étiez pourtant en embuscade après le saut...
L'envie était là, je ne me sentais pas plus stressé que d'habitude, je me sentais plutôt bien et le saut de ce matin était correct. Je savais que ce serait difficile d'aller chercher devant, mais je pensais qu'une médaille était possible vu mes qualités de fondeur normalement. Il y a deux semaines, je pense que je mettais une minute trente voire deux minutes à des gars qui me doublent aujourd'hui. C'est frustrant parce que je fais une saison franchement bonne en fond et de se retrouver comme cela aux JO...

N'avez-vous pas laissé un peu d'influx dans le fait d'être porte-drapeau de l'équipe de France lors de la cérémonie d'ouverture ?
Non, je ne pense pas. Mes collègues ont défilé aussi à la cérémonie d'ouverture. Nous avons eu quatre jours pour digérer. On a fait de bons entraînements, au niveau du chrono cela se passait très bien. Je ne pense pas que cela soit lié à cela. Cela m'est déjà arrivé de me retrouver dans cette situation avec des skis un peu moins bien et des jambes un peu moins bonnes notamment à Oslo aux Mondiaux il y a trois ans aux Mondiaux. J'étais loin au petit tremplin, mais j'ai gagné l'épreuve du grand tremplin. C'est une journée à oublier.

Lire et commenter