"Le Brésil montre au monde qu’il est en train de réussir ses Jeux"

JO DE RIO 2016

RIO – Alors que l’on vient d’entrer dans la dernière semaine de ces Jeux olympiques, metronews a pu s’entretenir avec le Président d’Embratur, l’office du tourisme du Brésil. Et pour Vinicius Lummertz pas de doute, malgré quelques couacs au démarrage, ces JO vont faire entrer son pays dans une nouvelle ère.

Nous sommes à la moitié des Jeux. Quel premier bilan tirez-vous ?
Pour vous dire franchement, on est au-delà de nos espérances. De tout ce que l’on attendait en termes de tourisme, de retombées économiques et d’image pour le pays. Evidemment, il y a eu des petits problèmes au début des Jeux mais rien de très grave. Tous nos voyants sont au vert : le nombre de chambres d’hôtel réservées est le double que pour la Coupe du monde il y a deux ans. Le temps de séjour est lui aussi multiplié par deux. Et encore, ces chiffres ne tiennent pas compte du boum d’Airbnb où les locations sont estimées autour de 100.000 sur la période. C’est très bon pour notre économie.

A quelles retombées vous attendiez-vous ?
On espérait approcher les 2 milliards de dollars (1,8 milliard d’euros) et on va dépasser se chiffre-là. Toute l’activité touristique en profite depuis plusieurs semaines. Nos aéroports, en comptant ceux des villes qui accueillent des matches de football (Manaus, Salvador, Brasilia, Belo Horizonte et Rio, ndlr), tournent à plein régime et ont déjà accueilli plus de 10 millions de passagers.

"Il y a un peu de catastrophisme dans la couverture médiatique des JO"

Reste que le coût de ces Jeux, estimé à 10 milliards d’euros, est jugé trop élevé pour l’économie brésilienne par certains observateurs ?
On parle de coûts, de dettes, mais tout ce qui a été réalisé et construit, c’est de l’investissement pour les prochaines années. Grâce aux Jeux, Rio ne ressemble plus à ce que la ville était dans les années 1980-1990. Rio et le Brésil sont en train de montrer un nouveau, dont le symbole restera la cérémonie d’ouverture. On a envoyé un message pour dire au monde :  "Notre pays change, venez le voir par vous-même".

Tout de même, des problèmes d’organisation et d’insécurité ont été pointés du doigt par les médias internationaux…
Oui, il y en a eu, on ne peut le nier… Mais vous savez, les médias parlent toujours de ce qui ne va pas ou ne marche pas. Au Brésil, il y a un dicton qui dit : "Tout le monde a son poisson à vendre"… Je pense qu’il y a un peu de catastrophisme dans la couverture médiatique, alors qu’ici, il y a peut-être quelques problèmes, mais pas de catastrophe. Je me souviens qu’avant le début des Jeux, tout le monde disait que rien ne serait prêt. Ce n’est pas le cas.

L’autre dossier sur lequel le Brésil était attendu est celui de la sécurité avec la menace terroriste…
Oui, et nous avons pris cette problématique avec beaucoup de sérieux. Tout le monde peut en témoigner maintenant. Alors bien sûr, les fouilles et les contrôles ont créé parfois des files d’attentes pour accéder aux différents sites mais ça s’est grandement amélioré et, surtout, nous prouvons que le Brésil est capable d’assurer la sécurité autour d’un grand événement. Nous l’avions fait pendant le Mondial 2014 et nous avons augmenté notre vigilance après les drames qui ont frappé la France, l’Europe et les Etats-Unis ces derniers mois.

"Que tout le monde quitte le Brésil avec plein de beaux souvenirs et l’envie d’y revenir"

Que vont changer ces Jeux pour votre pays ?
Tout. Ils viennent confirmer que le Brésil est entré dans une nouvelle ère, qu’il est prêt à accueillir les touristes du monde entier. Bien sûr, tout n’est pas parfait et nous avons encore beaucoup de problèmes à régler dans notre société. Il ne faut pas oublier d’où l’on vient. Dans les années 1990, notre économie était fermée et depuis, nous restons un pays émergent. Avec tous les soucis que cela implique. Mais l’organisation de grands événements tels que la Coupe du monde ou les JO nous font grandir.

Que faut-il souhaiter au Brésil d’ici la fin des Jeux et après ?
Que la fête se poursuive jusqu’à la cérémonie de clôture le 21 août prochain et que tout le monde quitte le Brésil avec plein de beaux souvenirs et l’envie d’y revenir. Une fois les Jeux terminés, les Brésiliens vont se rendre compte de tout ce que ça leur a apporté. Aujourd’hui, déjà, ils sont fiers de l’image que montre leur pays au reste du monde. On est en train de réussir de superbes Jeux olympiques malgré les difficultés et les critiques.

À LIRE AUSSI
>> Les Brésiliens sont contents d'accueillir les Jeux, mais...
>> Notre page spéciale JO de Rio 2016

Lire et commenter