L'heure de l'envol pour Lamy-Chappuis

L'heure de l'envol pour Lamy-Chappuis

Jeux Olympiques
DirectLCI
JEUX OLYMPIQUES - Jason Lamy-Chappuis défend aujourd'hui son tire de champion olympique du combiné nordique. Pas toujours serein cette saison, le Jurassien reste pourtant favoris de cette course qui mêle ski de fond et saut à ski.

Il a un rang à tenir. Ce matin, l'équipe de France n'aura d'yeux que pour Jason Lamy-Chappuis, son porte-drapeau. A 10 h 30, le "capitaine" des Bleus s'élancera pour défendre sa médaille d'or acquise à Vancouver en 2010. Mais, entre une saison en demi-teinte et la "malédiction" des porte-drapeaux, le Jurassien multiplie les handicaps. D'autant que son grand rival, l'Allemand Eric Frenzel, est en pleine forme.

"Cette année, clairement, la Coupe du monde est à Frenzel, avoue Lamy-Chappuis. En individuel il a 400 pts d'avance, il est presque imbattable depuis le début de saison." Un aveu d'impuissance un peu gros, qu'il faut plutôt interpréter comme une stratégie du Français pour déplacer la pression sur les épaules de l'Allemand. Sans grand effet semble-t-il : "En ce qui me concerne, je dois juste faire un bon saut", a rétorqué Frenzel. De quoi rappeler aux Français ses erreurs des derniers moins.

Gare à la malédiction du porte-drapeau

Car Lamy-Chappuis a choisi d'axer sa préparation sur son point faible, la partie ski de fond de la course, s'estimant suffisamment fort en saut pour garder de la marge sur ses adversaires. Mauvais choix. Il s'est retrouvé toute la saison de Coupe du monde à courir derrière Frenzel qui le devançait en bas du tremplin.

Un raté qui lui a tout de même permis de retrouver l'ombre qu'il affectionne tant, lui qui a mal vécu les lendemains médiatiques de son titre olympique. Pourtant, la lumière ne l'a pas quitté bien longtemps, puisque le champion âgé de 27 ans a été désigné porte-drapeau de la discipline. Il doit donc, depuis, vivre avec la fameuse malédiction qui poursuit des capitaines olympiques : Vincent Defrasne en 2010, Bruno Mingeon en 2000, pour ne citer que les Jeux d'hiver, ont tous raté leur compétition après avoir mené la délégation française.

Pas de quoi ôter à Lamy-Chappuis le statut de grand favori du jour pour autant. En 2013, déjà, il avait déjà fait des Mondiaux en demi-teinte mais il était rentré avec trois médailles d'or en poche... De quoi rappeler à ses adversaires qu'un champion est toujours là dans les grands rendez-vous. Quant à la malédiction, rappelons que le dernier porte-drapeau français spécialiste du combiné nordique avait remporté le titre olympique : c'était Fabrice Guy, en 1992.
 

Lire et commenter