Lolo Jones : la "pasionaria" américaine

Lolo Jones : la "pasionaria" américaine

Jeux Olympiques
DirectLCI
SOTCHI 2014 – A l’occasion des Jeux Olympiques d’hiver de Sotchi 2014, metronews vous présente les stars de la quinzaine russe. Place à l’Américaine Lolo Jones, nouvelle star du bobsleigh.

Devenir une star du sport passe pratiquement toujours par des victoires. Rares sont les "lucky loser" qui se sont fait un nom par leurs défaites. Lolo Jones fait pourtant partie de ceux-là. L’histoire d’amour liant les Américains à l'athlète débute en 2008. En tête de la finale olympique du 110 m haies, elle tape violemment la dernière haie et s’écroule. La course est perdue.

En 2012, elle termine quatrième, la place la plus cruelle. Deux titres de championnes du monde en salle ne viendront pas guérir ces blessures. Sans abandonner les haies, l’Américaine décide alors de pousser un bobsleigh pendant l’hiver, pour se changer les idées. Rapidement intégrée au programme olympique américain, elle est sélectionnée pour faire partie de l’équipe favorite des JO de Sotchi.

Une beauté aux origines métissées

Une athlète capable de participer aux jeux estivaux et hivernaux ne peut qu’attirer les médias. Elle en est une égérie, dépassant largement la popularité des plus grandes sportives américaines. D’abord, par sa beauté et ses origines très métissées : africaines, amérindiennes, norvégiennes et françaises lui valent d’être régulièrement bien classée parmi les célébrités les plus “hot” dans les magazines masculins américains.

Mais si la belle est une "passionaria" des réseaux sociaux, c’est aussi parce qu’un soir de mai 2012, sur HBO, elle déclare être encore vierge à trente ans et vouloir le rester jusqu’à son mariage. Dès lors, elle devient le modèle de jeunes américaines, dont c’est aussi le credo, et la cible des critiques des anti-puritanisme. Sa popularité en est encore décuplée. Elle devient alors l’une des athlètes les plus suivies sur Twitter et Facebook.

Jalousies et suspicions

Un statut qui attire encore une fois les jalousies, puisque ses rivales, au moment de l’obtention d’une place dans le bobsleigh américain, ont crié au scandale le jour des sélections. Arguant que si Lolo était dans l’équipe, c’était pour sa popularité et non pour ses qualités d’athlète.

Certains allant même jusqu’à prétendre que NBC , le diffuseur des Jeux aux USA avait poussé en sa faveur pour pallier le forfait d’une “géante“ des réseaux sociaux, Lindsey Vonn. Il ne reste plus à Lolo que de décrocher l’or et asseoir sa popularité sur ses victoires.

Lire et commenter