Manaudou évidemment en finale, les "bombes" allemandes et l'organisation épinglée… Bom dia França !

JO DE RIO 2016
COULISSES – Infos, résultats, anecdotes… chaque matin pendant les Jeux olympiques (du 5 au 21 août), metronews vous fait le récap’ de ce qui s’est passé pendant la nuit à Rio. Ce vendredi, après la sixième journée de compétition, on vous parle natation, jolies filles et droit du travail...

Le jour de gloire ?
Tout ne part pas complètement en vrille dans la natation française puisque l'on peut encore compter sur une valeur sûre : Florent Manaudou. Champion olympique en titre du 50 m, le petit frère de Laure disputait sa demi-finale dans la nuit de jeudi à vendredi (à 3 h du matin, heure française) et n'a pas raté son prérendez-vous avec l'histoire. Battu dans sa série un plus tôt, Manaudou s'est cette fois montré autoritaire (il a fini premier avec le meilleur temps des demies en 21"32, quand son record est de 21"19) et visiblement pas du tout perturbé par différentes polémiques qui ont agité la discipline ces derniers jours à Rio. "Ça ne me fait ni chaud ni froid", avait-t-il déclaré face aux médias un peu plus tôt. Tant mieux, car pour remporter l'or la nuit prochaine (3 h, heure française), il faudra livrer la course parfaite. 

Playboy en mode JO
Le célèbre magazine de charme américain ne pouvait laisser passer les Jeux olympiques sans y poser son regard particulier sur l'actualité. Alors, dans son édition allemande, Playboy a dévoilé les charmes de cinq athlètes allemandes engagées dans les compétitions à Rio. Au casting : Julia Lierre (aviron), Isabelle Härle (10 km natation), Katharina Bauer (saut à la perche), Nadja Pries (BMX) et Petrissa Solja (tennis de table). Du beau monde, donc, mais surtout de véritables championnes avec de vraies chances de médailles. Mais en attendant de savoir si elles s'imposeront à Rio, voici le making of de cette séance photo dénudée mais toujours dans le respect de l'esprit olympique...

De l'abus
Avec près de 500.000 visiteurs à accueillir, à guider, à nourrir et à accompagner afin qu'ils puissent profiter des Jeux, l'organisation a fait appel à des dizaines de milliers de volontaires mais aussi des travailleur pour assurer la bonne conduite des compétitions. Problème, selon une information publiée par O Globo, près de 6500 d'entre eux seraient des travailleurs sans papier... Autres infractions pointées du doigt par le quotidien brésilien, de nombreuses heures supplémentaires impayées, des temps de pauses non respectés et des repas donnés aux travailleurs tout sauf frais... L'inspection du travail locale enquête actuellement pour savoir dans quelle mesure Rio 2016 était au courant de ces pratiques. Si l'organisation est mise en cause, une grosse amende pourrait venir la sanctionner.

À LIRE AUSSI
>> Pourquoi on ne s'inquiète pas trop pour Manaudou
>> Notre page spéciale JO de Rio 2016

Lire et commenter