Missillier-Pinturault, c'est géant !

Missillier-Pinturault, c'est géant !

DirectLCI
JEUX OLYMPIQUES - Le ski alpin français vit de belles heures avec les médailles d'argent et de bronze conquises par Steve Missillier et Alexis Pinturault en slalom géant, mercredi à Sotchi. Retour sur une course qui a souri aux Bleus avec le décryptage d'un champion olympique, Jean-Pierre Vidal.

Une belle surprise et une confirmation pour, au final, une double dose de bonheur, teinté d'argent et de bronze. Steve Missillier et Alexis Pinturault ont brillé mercredi sur la neige de Sotchi en grimpant sur les deuxième et troisième marches du podium du slalom géant. "Ça a été une très très belle épreuve et un super dénouement, s'enthousiasme Jean-Pierre Vidal pour metronews. Cette course de géant a été l'une des plus relevées des Jeux, avec une densité énorme", poursuit le champion olympique de slalom en 2002, aujourd'hui consultant pour Eurosport.

"La course de ma vie"

En plus de la domination de l'Américain Ted Ligety sur la discipline, ce rendez-vous olympique a confirmé les excellentes dispositions d'Alexis Pinturault. Programmé pour jouer les premiers rôles, le skieur de Courchevel de 21 ans a répondu présent. "Cette médaille fait du bien. Surtout que ce n'était pas facile, assure le petit prodige d'un ski alpin français bredouille, il y a quatre ans à Vancouver. "On nous attendait, dans les interviews, on nous soulignait bien que nous étions la plus forte équipe de géant sur le papier. Si on m'avait posé la question : allez-vous faire un doublé ? Je ne sais pas si j'aurais dit oui. J'aurais dit probablement : on va essayer de faire une médaille, ce serait déjà peut-être pas mal. Et puis finalement, on en fait deux !"

Car Steve Missillier, 29 ans, s'est magnifié au meilleur des moments. "C'est la course de ma vie. J'ai fait mon meilleur ski aujourd'hui", assure l'intéressé. "Steve n'a jamais vraiment brillé à très haut niveau, mais c'est quelqu'un de super doué, qu'on appelle le petit Bode Miller, car il a un relâchement, beaucoup d'élasticité dans son ski. Il a sorti la deuxième manche qu'il fallait, sur l'épreuve qu'il fallait, et il décroche une magnifique médaille d'argent", analyse Vidal. Et la délégation française d'égaler son record de onze médailles aux Jeux d'hiver. Vous avez dit géant ?

Lire et commenter