Pourquoi Usain Bolt doit aller jusqu’aux Jeux Olympiques de 2020

JO DE RIO 2016

ÉDITO – Une nouvelle fois sacré sur 100m, 200m puis 4x100m à Rio, Usain Bolt a annoncé qu’il avait disputé ses derniers Jeux. On lui a pourtant trouvé quelques raisons de revenir sur sa décision, en lui proposant de rempiler pour quatre ans.

Tiraillés. Ce fut certainement l’état d’une grande majorité de téléspectateurs qui se sont courageusement levés dans la nuit du vendredi 19 au samedi 20 août pour suivre la dernière course olympique d’Usain Bolt. Tiraillés, entre la joie d’observer pour la dernière fois sur un tel événement un tel athlète, et le fait de réaliser que c’est assurément la dernière fois. Usain Bolt va manquer au sprint mondial, lui qui l’a révolutionné, tant au niveau de la performance que de son approche, emprunté de légèreté et de spectacle. Il va donc y avoir un nouveau maître du sprint. Il ne reste plus qu’à voir qui aura les épaules pour endosser le rôle. Et si c’était Bolt lui-même ? Et si le Jamaïcain rempilait pour quatre ans. On lui a trouvé quelques raisons de le faire…

Parce que Justin Gatlin a 34 ans
Son principal adversaire de ces deux dernières années, l’Américain Justin Gatlin, est âgé de 34 ans. Soit l’âge qu’aura Usain Bolt dans quatre ans lors des Jeux olympiques de Tokyo. Les chronos affolants réalisés par l’Américain (9''74 en 2015 à Doha) prouvent bien qu’un sprinter de 34 ans peut encore performer. Gatlin a d’ailleurs pris la deuxième place du 100m derrière le Jamaïcain, à Rio. La saison dernière, à 33 ans, lors des Mondiaux, il avait également pris l’argent sur la distance reine, alors même qu’il était désigné comme le favori de la course. Usain Bolt pourra également discuter avec son compatriote Asafa Powell, qui courait encore en 9''84 à 32 ans. Bref, à 34 ans, Bolt aura encore de quoi courir (très) vite.

 Parce que la concurrence n’est pas incroyable
Ce n’est donc pas Justin Gatlin et ses 38 ans qui devraient l’embêter à Tokyo. Son autre rival récent, Yohan Blake, longtemps présenté comme le prochain caïd du sprint mondial, n’a pas confirmé. En 2012, il avait pris les deuxièmes places sur 100m et sur 200m aux Jeux. Il avait même été sacré champion du monde du 100m, un an plus tôt à Daegu, profitant d’une disqualification pour faux départ du maître. Mais depuis qu’il s’est blessé en 2013, "l’animal", qui a des records en 9''69 sur 100m et en 19''26 sur 200m, ne parvient plus à chatouiller son aîné. La nouvelle génération, dont André De Grasse (21 ans) et Trayvon Bromell (21 ans) sont les figures de proue, n’ont jamais inquiété le Jamaïcain lors des courses importantes et ne se sont jamais rapprochés de ses records. Rien ne leur assure une progression constante dans les prochaines années. L’histoire a souvent prouvé le contraire.

 Pour battre son record du monde
Il l’avait annoncé avant le début des Jeux de Rio. Faire tomber son propre record du 200m (19"19) était un objectif au moins aussi important que celui de remporter, pour la troisième fois, les trois médailles d’or sur 100, 200 et 4x100m. Mais sa demi-finale éreintante, où il a dû s’employer pour aller chercher un André De Grasse absolument pas décidé à lever le pied, l’en a empêché, selon ses dires. Terminer à Tokyo, en 2020, lui assurerait quatre ans pour réussir son pari fou de passer sous la barre des dix-neuf secondes. Comment pourrait-il alors réussir dans quatre ans ce qu'il n’est pas parvenu à faire depuis sept ans : battre ses records ? Peut-être en redevenant ce qu’il a toujours été. Un coureur de 200m. S’aligner uniquement sur cette distance, en abandonnant le 100m, course sur laquelle il a le moins de marge, pourrait être le meilleur moyen de continuer à tout gagner tout en gardant une fraîcheur physique nécessaire, lorsque l’on prend de l’âge.

 Parce qu’il lui reste une marge de progression
C’est bien connu, malgré des chronos stratosphériques, les meilleurs de tous les temps, Usain Bolt dispute rarement des courses parfaites. Pour schématiser, sur 100m, il réalise souvent des départs moyens et finit par faire de grosses différences dans les quarante derniers mètres, lorsqu’il déroule sa foulée légendaire. Continuer encore sa carrière pourrait lui permettre de se concentrer sur ses départs, d’améliorer son temps de réaction, et de corriger toutes ses petites imperfections (relatives, bien sûr…) et ainsi améliorer ses records.

 Parce que s’arrêter à 30 ans, c’est petit bras
Entendu à la machine à café, le matin de la finale du 200m à Rio : "Bolt s’arrête à 30 ans ?! Je ne suis pas expert, mais ça fait petit bras de s’arrêter à cet âge quand on domine à ce point. C’est comme s’il avait peur de perdre ou de se faire envoyer à la retraite par la jeune génération". Il y a peut-être un peu de cela chez Usain Bolt.  Aurait-il – légitimement – peur de ne plus être aussi performant en 2018 ? Une chose est sûre, le voir réaliser un quadruple-quadruple olympique lui permettrait d'écrire encore quelques pages de sa richissime carrière. Puis, jouer petit bras, ça n’a jamais été dans sa nature. Pourquoi alors commencerait-il maintenant ?

A LIRE AUSSI
>> 4x100, un neuvième titre historique pour Bolt >> Bolt après son 100m : "J'aurais pu aller plus vite"
 

Sur le même sujet

Lire et commenter