Ski français : après Worley, le désert ?

Ski français : après Worley, le désert ?

DirectLCI
JEUX OLYMPIQUES – Après avoir entériné le forfait de Tessa Worley pour Sotchi mardi, la France perd l'une de ses chances de médaille d'or les plus sérieuses. Malgré cette importante perte, il reste à la délégation française plusieurs chances d'obtenir des titres.

Tessa Worley blessée, les chances françaises de ramener l'or de Sotchi ont clairement diminué. Désormais, la délégation française s'en remet à son grand favori : Martin Fourcade. Aligné sur six courses (quatre en individuel et deux en relais), il peut à lui seul remplir le quota de cinq médailles souhaitées par le directeur technique Fabien Saguez.

Interrogé par metronews, ce dernier mise bien sûr le biathlète champion du monde en 2012 et 2013 : '' C'est un athlète qui gagne régulièrement. Et puis contrairement aux autres favoris de la délégation, il a six chances de médailles. En termes de potentiel, il peut s'imposer à chaque sortie mais ce n'est pas ce qu'il faut envisager en terme d'objectif. Il serait bon de gagner le sprint d'abord. Il y a vraiment un titre à aller chercher pour bien lancer la poursuite derrière.

Et aussi Jean-Baptiste Grange

Pour autant, pas de "Fourcade-dépendance". A Sotchi, d'autres français feront figure de sérieux outsiders. ''C'est difficile de parler pour tous les athlètes car une épreuve olympique, c'est très aléatoire. Mais un skieur comme Alexis Pinturault (22 ans) se doit de viser l'or. Il en a le potentiel', rappelle Fabien Saguez. Dans la liste des éventuels "titrables", le DTN n'oublie pas de nommer Ophélie David (ski cross) et Jason Lamy-Chappuis (combiné nordique), qui défendra bien évidemment son titre obtenu en 2010.

A Vancouver justement, la France n'avait rapporté que deux breloques dorées sur onze médailles au total. Mais il y a quatre ans, la France n'arrivait certainement pas avec autant de leaders dans leur discipline respective. Et c'est sans compter avec les revenants qui devraient être au top physiquement et mentalement dans un mois et demi à Sotchi (7 au 23 février).

A commencer par Jean-Baptiste Grange, qui a enchaîné les blessures ces trois dernières années (épaule, dos et genou). Dimanche dernier, il a pris la 4e place du slalom à Val d'Isère, après une série de résultats forcément décevante mais en progression. "Dans une discipline comme le slalom, il disputera beaucoup d'épreuves au mois de janvier, donc le timing est parfait pour qu'il débarque en forme à Sotchi", prédit le DTN. Sans oublier Marie-Laure Brunet, blessée au pied et dont la participation ne fait pas de doute, quatre ans après le bronze qu'elle avait accroché à Vancouver.

Plus d'articles