Ukraine : les athlètes quittent les JO et retournent au pays

Ukraine : les athlètes quittent les JO et retournent au pays

Jeux Olympiques
DirectLCI
JEUX OLYMPIQUES – Alors que les violences entre les autorités et les manifestants ont fait 26 morts en Ukraine ce mercredi, la délégation d'athlètes présente aux JO a quitté en partie le site olympique.

Dans une tribune publiée mercredi dans le Huffington post, Bernard Henri-Lévy a appelé à "suspendre sans délai la participation européenne aux Jeux de Sotchi" . Alors que Lyon va jouer à Odessa jeudi en Ligue Europa, la délégation ukrainienne n'a pas attendu la demande du philosophe français pour prendre précipitamment le chemin de son pays.

Les athlètes ont passé la journée de mercredi pendu au téléphone ou sur les différents réseaux sociaux afin d'obtenir des nouvelles de leurs proches. Dont certains participent aux affrontements. Malgré l'opposition du CIO, la majeure partie de la délégation a quitté Sotchi dans la nuit, a annoncé jeudi le comité olympique ukrainien.

Plus que 12 athlètes ukrainiens à Sotchi

Le départ le plus médiatisé a été celui de Bogdana Matsotska, skieuse alpine, et de son coach de mari, Oleg . Sur leur page Facebook, ils ont posé devant les anneaux olympiques avec le drapeau ukrainien, avant d'annoncer leur départ en accusant Ianoukovitch, le président, de "noyer les espoirs de l'Ukraine dans le sang". Un message largement relayé sur le réseau social.

Ainsi, il ne reste que 12 athlètes et quelques accompagnateurs, tous ceux encore concernés par la compétition. Des sportifs qui voulaient marquer leur soutien à leur peuple en arborant un brassard noir, en hommage aux victimes.

Sergueï Bubka "choqué"

"Contraire à la Charte olympique" a répondu le Comité International olympique qui veille à ce que les JO restent en dehors de la sphère politique. Sergueï Bubka, désormais ex-détenteur du record du monde de la perche et patron du comité olympique ukrainien, s'est dit choqué que la trêve olympique n'ait pas été respectée par le président Viktor Ianoukovitch, dont il est très proche.

Pourtant ancien député du Parti des régions du président ukrainien, Bubka a appelé à "faire notre possible pour revenir à la table des négociations et obtenir un compromis". 

Lire et commenter