16 ans après le meurtre de Marine Boisseranc, la police judiciaire lance un nouvel appel à témoins

16 ans après le meurtre de Marine Boisseranc, la police judiciaire lance un nouvel appel à témoins

FAIT DIVERS – Seize ans après le meurtre de Marine Boisseranc, jeune femme poignardée de 12 coups de couteau en 2005 à Chazay-d'Azergues (Rhône), les enquêteurs vérifient la piste d'un couple connu de la justice : Stéphane Moitoiret et Noëlla Hégo. Les deux ont été condamnés en 2013, pour le meurtre de Valentin, 11 ans, décédé après avoir été lardé de 44 coups de couteau en 2008.

L'appel à témoins a été diffusé en fin de semaine dernière par la direction centrale de la police judiciaire. Les enquêteurs recherchent en effet des personnes pouvant avoir des informations sur le couple formé par Stéphane Moitoiret et Noëlla Hégo. Les deux sont déjà connus pour une terrible affaire : le meurtre de Valentin, 11 ans, tué de 44 coups de couteau dans la nuit du 28 au 29 juillet 2008 à Lagnieu (Ain). Ils ont été condamnés pour ces faits en appel en 2013 à 30 ans de réclusion criminelle et 18 ans par les assises de l'Ain.

C'est pour une toute autre affaire que la police judiciaire s'intéresse aujourd'hui au couple. Les enquêteurs étudient de près en effet la potentielle implication du tandem dans le meurtre de Marine Boisseranc, tuée à coups de couteau le 11 octobre 2005 à Chazay-d'Azergues (Rhône). Le matin du drame, la jeune femme âgée de 20 ans, qui logeait chez ses parents, s'était rendue à son lycée de Villefranche. C'est son père qui l'avait découverte morte à son retour au domicile familial dans l'après-midi. Aucune trace d'effraction ni de vol n'avait été retrouvée.

Fin 2011, le petit ami de la victime, Ludovic P. 28 ans, avait été mis en examen pour le meurtre celle-ci. Ce dernier qui a toujours clamé son innocence a finalement été placé en 2014 sous le statut de témoin assisté. Dans ce dossier, un SDF de 32 ans avait été précédemment mis en examen fin 2006 et écroué. Il avait été remis en liberté en janvier 2007 après avoir été mis hors de cause par des expertises. 

Lire aussi

Le couple impliqué dans le meurtre de la jeune femme ?

Afin d'élucider ce "cold case", la police judiciaire relance donc la machine. Dans l'appel à témoins diffusé sur les réseaux et dans les médias, on peut lire : "Veuillez prendre attache avec l'Office central pour la répression des violences aux personnes si le couple Stéphane Moitoiret et Noëlla Hego précédemment mis en cause dans le meurtre du petit Valentin Crémault, a été hébergé sur votre commune au cours de l'année 2005".

Les enquêteurs, qui fournissent des photos du couple, rappellent que ce dernier "se déplaçait à vélo et arrivaient en général en fin de journée dans les villages". Stéphane Moitoiret prenait contact soit un élu, soit un représentant de la paroisse, soit chez l'habitant. Les deux se présentaient ensuite comme des pèlerins et demandaient à être hébergés pour une ou plusieurs nuitées. "Stéphane Moitoiret était plus communicatif de Noëlla Hégo qui restait en retrait", détaille la police judiciaire. 

Selon la maire de Chazay-d’Azergues, Pascale Bay, Stéphane Moitoiret et sa compagne Noëlla Hego auraient été aperçus sur les lieux du crime, le jour même du drame en 2005, à deux reprises.

Toute personne pouvant apporter des informations aux enquêteurs peut se manifester à l'adresse mail suivangte : dcpj-ocrvp-appel-a-temoin@interieur.gouv.fr.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Covid-19 : la France va durcir ses restrictions pour les voyages dans les pays les plus touchés

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

Lire et commenter