Adolescent tué à Bondy : deux frères déférés pour assassinat, la piste d'un différend sportif privilégiée

Adolescent tué à Bondy : deux frères déférés pour assassinat, la piste d'un différend sportif privilégiée

VIOLENCE - Un différend lors d’un entraînement de boxe entre la victime et le frère cadet du tireur présumé serait à l'origine du drame. Les deux individus affirment qu'ils voulaient simplement lui faire peur. Ils ont été déférés devant un juge d'instruction pour assassinat.

Un meurtre sur fond de rivalité sportive entre adolescents. La mort par balle d'Aymen, vendredi en fin d'après-midi dans une maison de quartier de Bondy (Seine-Saint-Denis), serait liée à un différend lors d'un entraînement de boxe. C'est en tout cas la piste que privilégient actuellement les enquêteurs. Deux frères, dont les gardes à vue ont été levées ce lundi, ont été déférés devant le juge d'instruction pour assassinat. 

La victime, âgée de 15 ans, pratiquait ce sport de combat depuis plusieurs années. Élève doué et prometteur, le jeune garçon mettait régulièrement au tapis un autre adolescent. Selon l’oncle de la victime, ce jeune de 17 ans s’en est plaint à son grand-frère, âgé lui de 27 ans, aujourd’hui soupçonné d'avoir tué pour sauver l’honneur de la famille. "Ils sont montés sur le ring, mais Aymen était plus fort que l’autre et il ne l’a pas accepté. Et malheureusement cette rivalité a tourné dans le mauvais sens et cela a conduit à ce drame", déplore Sid-Ali Menana, encore sous le choc.

C’était un garçon exemplaire, volontaire. Tout le monde est choqué par cette tragédie- Christophe Hamza, l'entraîneur de boxe d'Aymen

Au micro de LCI, l'entraîneur d’Aymen, Christophe Hamza, avait également pu observer cette rivalité sur le ring. Mais il n'imaginait pas que cette jalousie sportive se terminerait en assassinat. Vendredi, le jour du drame, Aymen était censé s'entraîner à la boxe. "C’était un garçon exemplaire, volontaire. Tout le monde est choqué par cette tragédie", confie-t-il. Les deux frères, identifiés par des témoins, se sont présentés samedi au commissariat. Ils ont déclaré aux enquêteurs qu'ils ne voulaient pas tuer Aymen mais simplement lui faire peur. 

Lire aussi

Selon les premiers éléments de l'enquête, une première altercation avait opposé la victime et les deux mis en cause vendredi. Les animateurs de la maison de quartier Nelson Mandela à Bondy étaient alors intervenus pour les séparer. Puis le père de l'adolescent était venu chercher son fils, mais une seconde altercation l'avait opposé aux deux frères restés à proximité, indique le parquet de Bobigny dans un communiqué. 

Le drame s'est produit samedi vers 17 heures. Le tireur présumé et son frère cadet sont revenus sur place. L'aîné, installé sur le siège arrière, était muni d’une arme à feu. Il s'est ensuite dirigé devant la porte d'entrée du centre de loisirs, avant de glisser le canon dans l'entrebâillement de la boîte aux lettres et de tirer, blessant mortellement à la poitrine le jeune garçon sous les yeux de son père.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées

Affaire Mia : pourquoi l'alerte enlèvement a-t-elle été levée aussi rapidement ?

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Réouverture progressive : quelle pourrait être la situation épidémique mi-mai ?

Lire et commenter