Affaire Bygmalion : l’heure du jugement pour Nicolas Sarkozy

Bygmalion : l'heure du jugement pour N Sarkozy

PRÉSIDENTIELLE 2012 - A 10 heures, ce jeudi 30 septembre, l'ancien président de la République (2007-2012) va connaître son sort dans le cadre de l'affaire Bygmalion, la justice lui reproche d'avoir dépassé le plafond légal des dépenses électorales autorisées.

Une nouvelle condamnation à son encontre ? L'ancien président de la République française, Nicolas Sarkozy, saure ce jeudi s'il est condamné et pour quelle peine dans le cadre de l'affaire dite "Bygmalion" sur le supposé financement illégal de sa campagne présidentielle de 2012.

Si l'ex-président n'est pas mis en cause pour le système de fausses factures, au cœur de la fraude, il l'est cependant pour avoir dépassé le seuil légal des dépenses électorales de plus de 20 millions d'euros. Un délit pour lequel le parquet a requis un an de prison, dont six mois avec sursis.

Toute l'info sur

L'affaire Bygmalion

Décision attendue à 10 heures

Jugé aux côtés de treize autres prévenus - anciens cadres de la campagne et de l'UMP (devenue Les Républicains), ainsi que de la société Bygmalion qui avait organisé ses meetings - Nicolas Sarkozy n'avait fait qu'une seule apparition au tribunal sur les cinq semaines d'audience du 20 mai au 22 juin 2021 : le jour de son interrogatoire. Une attitude qui avait ulcéré le parquet. "Son choix, sa stratégie, c'est de ne pas se considérer comme un justiciable comme les autres, c'est de se placer au-dessus de la mêlée, à distance des personnes qui ont travaillé pour lui", avait désapprouvé la procureure Vanessa Perrée dans son réquisitoire.

Selon l'accusation, en demandant "un meeting par jour", des "shows à l'américaine", sans se soucier des dépenses, le président-candidat avait "incontestablement" bénéficié de la fraude, disposant de moyens bien supérieurs à ceux que la loi autorisait - au moins 42,8 millions au total, soit près du double du plafond légal à l'époque.

Lire aussi

En mars, dans l'affaire dite "des écoutes", il était devenu le premier ancien président de la Ve République à être condamné à de la prison ferme - trois ans dont un ferme -, pour corruption et trafic d'influence. Il a fait appel. Interrogé par l'AFP, son entourage n'a pas souhaité donner d'indications sur sa venue au tribunal jeudi. La décision sera rendue à 10 heures.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : un premier cas du variant Omicron détecté aux États-Unis

Présidentielle 2022 : les équipes d'Eric Zemmour partent à la chasse aux parrainages

EN DIRECT - Présidentielle : "Eric Zemmour a créé sa campagne sur des propos chocs et il se plaint aujourd'hui"

Covid-19 : Doctolib saturé, comment réserver sa dose de rappel malgré tout ?

Variant Omicron : le PDG de Moderna juge prématuré de se prononcer sur l'efficacité de la 3e dose

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.