Affaire du Crédit Lyonnais : après la mort de Bernard Tapie, la cour d'appel reporte sa décision au 24 novembre

L'histoire entre Bernard Tapie et la justice va durer des décennies, et se traduira même par de la prison ferme en 1997. Elle n'est d'ailleurs pas tout à fait terminée. Dans le dossier Adidas-Crédit lyonnais, le délibéré devait être rendu mercredi prochain

JUSTICE - La cour d'appel de Paris, qui devait se prononcer ce mercredi dans l'affaire de l'arbitrage controversé du Crédit Lyonnais en 2008, reporte sa décision au 24 novembre à la suite du décès de Bernard Tapie.

La cour d'appel de Paris, qui devait se prononcer ce mercredi 6 octobre dans l'affaire de l'arbitrage controversé du Crédit Lyonnais en 2008, a reporté sa décision en raison du décès de Bernard Tapie, survenu dimanche à l'âge de 78 ans des suites d'un cancer. La cour a constaté, "au vu du certificat de décès" de l'homme d'affaires, l'extinction de l'action publique à son encontre. Le nouveau délibéré concernant les cinq autres prévenus du dossier a été fixé au 24 novembre, à 9h.

Toute l'info sur

Décès de Bernard Tapie

À l'issue du procès au printemps, la cour devait initialement rendre sa décision ce mercredi pour trancher une deuxième fois dans ce dossier, l'un des volets du titanesque litige de plus d'un quart de siècle entre l'homme d'affaires et sa banque historique.

Lire aussi

Pour Bernard Tapie, la procédure en restera à la relaxe générale prononcée par le tribunal correctionnel le 9 juillet 2019 : la cour d'appel ne prononcera ni relaxe ni condamnation, en raison de l'extinction de l'action publique à son encontre. Il était soupçonné, avec des complices, d'avoir "manipulé", au détriment de l'État, un arbitrage de 2008 visant à solder son long conflit avec le Crédit Lyonnais autour de la revente de l'équipementier sportif Adidas dans les années 1990.

De trois mois avec sursis à deux ans ferme requis contre cinq coprévenus

En revanche, la cour doit trancher sur le sort de Stéphane Richard, alors directeur de cabinet de la ministre de l'Économie Christine Lagarde, et sur ceux de l'avocat historique de Bernard Tapie, Maurice Lantourne, de l'ancien magistrat Pierre Estoup, et de deux hauts fonctionnaires. 

Le 2 juin, le parquet général avait requis cinq ans d'emprisonnement avec sursis contre Bernard Tapie pour "complicité d'escroquerie" et "détournement de fonds publics", ainsi que des peines allant de trois mois avec sursis à deux ans ferme contre ses cinq coprévenus.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : un premier cas du variant Omicron détecté aux États-Unis

"Un provocateur à la Donald Trump" : la candidature d'Eric Zemmour vue par la presse anglo-saxonne

Covid-19 : Doctolib saturé, comment réserver sa dose de rappel malgré tout ?

Pots entre collègues, cantine d'entreprise... Ce que préconise le gouvernement pour les repas au travail

VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.