Affaire du financement libyen : Ziad Takieddine arrêté au Liban

Ziad Takieddine, l'un des principaux témoins à charge contre l'ancien chef de l'État, est revenu sur ses accusations hier. Est-ce la fin de l'affaire ?

JUSTICE - Ancien témoin à charge contre Nicolas Sarkozy dans l'affaire du financement libyen de la campagne de 2007, Ziad Takieddine a été placé en détention au Liban ce vendredi, indique une source judiciaire.

L'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine, un ancien témoin à charge contre l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy, a été arrêté à la suite d'une notice émise par Interpol, a indiqué vendredi à l'AFP une source judiciaire. "Les forces nationales de sécurité ont placé Takieddine en détention, sur la base d'un mandat d'arrêt d'Interpol adressé au ministère public car il est recherché par les autorités françaises concernant son implication dans une affaire de corruption et de financement de la campagne" de Nicolas Sarkozy, a précisé cette source.

Toute l'info sur

Affaire libyenne : Sarkozy mis en examen

Début novembre, Ziad Takieddine a changé de version dans l'affaire du financement libyen de la campagne présidentielle de Sarkozy en 2007, en dédouanant totalement l'ancien chef de l'État. L'homme d'affaires affirmait pourtant, plusieurs années auparavant, détenir des preuves d'un financement de la Libye dans la campagne du candidat républicain, UMP au moment des faits. En 2016, Takieddine avait en effet affirmé au site d'informations Mediapart avoir personnellement remis, en 2006 et en 2007, cinq millions d'euros en liquide en provenance du régime libyen et à destination de la campagne de Sarkozy.

Mais le mois dernier, Ziad Takieddine a finalement fait machine arrière, assurant que "Monsieur Sarkozy n'a pas eu un financement libyen pour la campagne présidentielle". "Il n'y a pas eu de financement présidentiel de Sarkozy, jamais", insistait-il alors.

Lire aussi

Ziad Takieddine, 70 ans, s'était enfui à Beyrouth après avoir été condamné en juin en France dans le cadre de l'affaire Karachi sur des commissions occultes liées à des contrats d'armement avec l'Arabie saoudite et le Pakistan. Il a passé deux semaines en prison au Liban - du 26 octobre au 10 novembre - dans le cadre d'un litige avec son ancien avocat, Hani Mourad, avant d'être libéré sous contrôle judiciaire.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de deux millions de morts dans le monde depuis le début de la pandémie

Covid-19 : Frédéric Mitterrand hospitalisé en urgence à Paris

Impôts : faites-vous partie des bénéficiaires de l'acompte versé ce vendredi ?

Vaccination : c'est parti pour la prise de rendez-vous en ligne sur le site Sante.fr

Les alertes neige sont levées, un département en vigilance crues

Lire et commenter