Affaire Fiona : Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf jugés pour la quatrième fois

Dessin représentant le premier procès de Cécile Bourgeon et de Berkane Makhlouf, accusés du meurtre de Fiona. Un nouveau procès dans cette affaire s'ouvre ce mardi à Lyon.

JUSTICE - Le quatrième procès de Cécile Bourgeon et de son ex-compagnon Berkane Makhlouf, jugés pour la mort en mai 2013 de la petite Fiona, s’ouvre ce mardi 1er décembre devant la Cour d’assises du Rhône, à Lyon. Dernier acte d'une série judiciaire aussi triste que sans fin ?

Le mystère autour de la mort de la petite Fiona enfin élucidé ? Plus de sept ans après la disparition de la fillette de 5 ans, un quatrième procès s'ouvre ce mardi à Lyon. L'épilogue annoncé d'une (longue) saga judiciaire ponctuée de mensonges, coups bas et autres revirements de situation. Après plusieurs reports, Cécile Bourgeon et son ex-compagnon Berkane Makhlouf vont donc comparaître devant la cour d'assises du Rhône à compter de ce 1er décembre. Les événements et responsabilités pourraient toutefois être se révéler difficiles à établir, le corps de la jeune fille demeurant introuvable. 

Toute l'info sur

Mort de Fiona : peine alourdie en appel pour la mère

Pour comprendre cette affaire, il faut remonter plusieurs années en arrière, en 2013. Dans un premier temps, le couple fait croire pendant des mois à l'enlèvement de la jeune Fiona dans un parc de Clermont-Ferrand. Cécile Bourgeon apparaît même en larmes face aux caméras, bouleversant de nombreux Français. Pourtant la version de la mère et du beau-père est finalement mise à mal par les enquêteurs du fait de leurs nombreuses contradictions. Le couple fini par avouer le décès de l'enfant à son domicile de Clermont-Ferrand. Il reconnait ensuite avoir enterré la fillette de nuit, à la hâte, dans un bois. Une affirmation qui n'a jamais pu être confirmée puisque toutes les recherches pour retrouver cette sépulture de fortune ont échoué. L'absence de corps pourrait réduire les jurés lyonnais aux hypothèses faute de preuves solides. 

De nombreux rebondissements devant la justice

Quelques années plus tard, en 2016, les deux sont condamnés en première instance à Riom (Puy-de-Dôme). Berkane Makhlouf écope de 20 ans de réclusion criminelle pour des coups mortels à Fiona. Son ex-compagne écope, elle, de cinq ans de prison, notamment pour dénonciation mensongère. Le procès en appel de ce premier jugement tourne court en octobre 2017, à cause d'accusations de subornation d'un témoin. Lors du deuxième, qui se déroule en février 2018, les deux accusés sont condamnés à 20 ans de réclusion criminelle pour coups mortels aggravés sur Fiona. Toutefois, la Cour de cassation casse ce verdict en février 2019, expliquant sa décision par l'absence de motivation du rejet de la demande de renvoi du procès formulée par Cécile Bourgeon, après un apéritif polémique partagé par le président de la cour d'assises avec des avocats de la partie civile. 

Désormais, retour à la case départ dans ce dossier si complexe et dans lequel "la toile de fond de la toxicomanie est prépondérante" (Me Gilles-Jean Portejoie, avocat de Cécile Bourgeon). Les accusés encourent jusqu'à 30 ans de réclusion criminelle.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 346 morts et près de 23.000 nouveaux cas enregistrés en 24 heures en France

Procédure de destitution : les étapes qui attendent Donald Trump

EN IMAGES - Investiture de Joe Biden : 13 photos pour l'Histoire

EN DIRECT - Joe Biden veut que 100 millions de vaccins soient administrés dans les 100 premiers jours de son mandat

Covid-19 : l'explosion des variants est-elle provoquée par le vaccin Pfizer ?

Lire et commenter