Fraude au chômage partiel : une double arnaque à million d'euros de préjudice

Fraude au chômage partiel : une double arnaque à million d'euros de préjudice

FAIT DIVERS - Huit personnes originaires des Ardennes ont été mises en examen, suspectées d’avoir arnaqué des agences d’intérim puis commis des fraudes au chômage partiel en utilisant des sociétés et des salariés fictifs.

L’objectif des 27,1 milliards d’euros versés en 2020 au titre du chômage partiel ? Venir en aide aux entreprises essorées par la crise et dont les activités s’effondrent. Mais le dispositif attire les fraudeurs… Les escroqueries se multiplient et plusieurs milliers d’enquêtes sont en cours pour récupérer l’argent public. 

La police judiciaire de Reims vient ainsi de mettre la main sur un réseau bien huilé. Les escrocs ont débuté par de l’arnaque aux agences d’intérim. Fausses entreprises, faux salariés… Le réseau usurpe des noms, monte des sociétés fictives et crée des comptes en France et à l’étranger pour héberger l’argent des escroqueries. 

L’affaire prend de l’ampleur quand les individus décident de s’attaquer au chômage partiel.  "Ils reprennent les mêmes comptes, les mêmes sociétés, les mêmes employés fictifs de la première arnaque, et les déclarent alors en chômage partiel", explique Jean-Michel Bolusset, le directeur territorial de la Police judiciaire de Reims. "Pour toucher les aides, le système était purement déclaratif, et les contrôles peu nombreux au début du premier confinement", poursuit-il. La fraude s’opère alors sans encombre.

1 million d’euros de préjudice

Mais depuis l’été, les policiers de la GIR et de la PJ de Reims travaillent sur l’escroquerie à partir d’une plainte déposée par une agence d’intérim. Plusieurs vagues d’interpellations sont menées en décembre et janvier. Les enquêteurs découvrent alors l’ampleur de la fraude : plus d’un million d’euros de préjudice, majoritairement lié au chômage partiel.

En tout, huit personnes originaires des Ardennes ont été mises en examen pour escroquerie en bande organisée. Quatre ont été écrouées, dont le "cerveau", le principal organisateur présumé, déjà connu pour des faits similaires. Quatre autres ont été placées sous contrôle judiciaire.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Israël/Palestine : nouveau déluge de missiles la nuit dernière

Remontées mécaniques, parcs d'attractions, clubs libertins : les absurdités des réouvertures à venir

Traque dans les Cévennes : un homme armé toujours en fuite après un double meurtre

"On veut lui faire porter le chapeau", confie la sœur du tueur présumé d'Eric Masson

Nordahl Lelandais condamné à 20 ans de réclusion à perpétuité

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.