Attentat contre Charlie Hebdo : une photo de la scène de crime se retrouve sur un forum de hackers

Attentat contre Charlie Hebdo : une photo de la scène de crime se retrouve sur un forum de hackers

FAIT DIVERS - Un cabinet d'avocats, qui avait notamment pour client une partie civile de l'attentat perpétré dans les locaux de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015, a été la cible d'un piratage au printemps dernier. Une personne a été mise en examen dans cette affaire.

Ignoraient-ils vraiment tout de ces avocats ou savaient-ils quel genre de dossiers ces robes noires avaient en mains ? En mai et juin dernier, un cabinet d'avocats basé à Lyon, Bordeaux, Paris et Lille a été la cible de hackers qui ont épluché leurs données. Parmi les documents confidentiels, un dossier particulièrement sensibles : celui des attentats de Charlie Hebdo. Spécialisé en réparation des dommages corporels, le cabinet avait en effet pour client une partie civile victime de l'attaque survenue le 7 janvier 2015 à Paris dans les locaux du journal satirique. 

Toute l'info sur

Le procès hors normes des attentats de janvier 2015

Une rançon de 500.000 euros demandée

Les professionnels du droit se seraient rendu compte du piratage après que leur système informatique soit bloqué un temps. Le problème a été signalé et le piratage repéré. "Au moins une photo de la scène de crime a été partagée sur un forum public de hackers avant d'être supprimée récemment", a fait savoir franceinfo, qui a révélé cette information, mardi. 

Une première rançon de 500.000 euros avait d'abord été demandé aux avocats mais voyant la sensibilité de certaines données, les hackers n'ont pas hésité à demander même un peu plus d'argent. Le groupe de hackers Everest est soupçonné d'être derrière cette opération, selon nos confrères.

"Une enquête a été ouverte le 1er juillet s'agissant de l'attaque informatique subie par un cabinet d'avocats en mai et juin 2021. Les investigations ont été confiées à la police judiciaire de Lyon et à l'Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication (OCLCTIC)", confirme ce mercredi le parquet de Paris à LCI.

Une information judiciaire a ensuite été ouverte le 14 novembre 2021 des chefs "d'accès et maintien frauduleux dans un système de traitement automatisé de données", "introduction et modification de données dans un tel système", "entrave au fonctionnement d'un tel système", "extorsion en bande organisée et association de malfaiteurs" concernant un individu qui aurait joué un rôle intermédiaire dans cette affaire. Ce dernier a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire. Les investigations se poursuivent sous la direction d'un juge d'instruction parisien.

+32 % des attaques par rançonlogiciel entre 2019 et 2020

Ce mercredi, pour la première fois, le Service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI) publie une étude portant sur les attaques par rançongiciel envers les entreprises et les institutions. "Entre 2016 et 2020, on estime que les services de police et de gendarmerie nationales ont enregistré entre 1 580 et 1 870 procédures en lien avec des attaques par rançongiciel (logiciels malveillants de demande de rançon par blocage de l’accès aux données) visant des entreprises et des institutions", peut-on lire dans le communiqué. 

"Selon l’estimation haute, le nombre de procédures ouvertes en lien avec des attaques par rançongiciel a augmenté en moyenne de 3 % chaque année jusqu’en 2019, avec une accélération entre 2019 et 2020 (+32 %)", ajoute le document.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : un premier cas du variant Omicron détecté aux États-Unis

"Un provocateur à la Donald Trump" : la candidature d'Eric Zemmour vue par la presse anglo-saxonne

Covid-19 : Doctolib saturé, comment réserver sa dose de rappel malgré tout ?

Pots entre collègues, cantine d'entreprise... Ce que préconise le gouvernement pour les repas au travail

VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.