Attentats djihadistes de 2016 à Bruxelles : le procès s'ouvrira le 10 octobre 2022

Des passagers évacués le 22 mars 2016 de l'aéroport de Bruxelles après des attentats djihadistes contre la capitale belge.

JUSTICE - Six ans après les attentats qui ont fait 32 morts et 34 blessés à l'aéroport international de Bruxelles-Zaventem et dans le métro belge, 10 accusés seront jugés devant la cour d'assises à Bruxelles à partir du 10 octobre 2022.

C'est un moment très attendu en Belgique. Le 10 octobre 2022 s'ouvrira à Bruxelles le procès des attentats djihadistes de mars 2016, a annoncé mercredi soir la cour d'appel. Le procès démarrera à 9 heures avec la composition du jury de la cour d'assises qui sera appelé à se prononcer sur la culpabilité de 10 accusés, parmi lesquels figurent certains individus actuellement jugés pour les attentats de Paris, comme Salah Abdeslam.

Quant à l'audience au fond, elle "débutera le jeudi 13 octobre 2022 à 09H00", a précisé Laurence Massart, la première présidente de la cour d'appel de Bruxelles qui présidera elle-même cette cour d'assises, dans un communiqué. Une audience préliminaire aura aussi lieu le 12 septembre afin de procéder à la composition de la liste des témoins. Si la durée du procès n'est pas connue, le parquet fédéral, qui représentera l'accusation, a déjà indiqué qu'il pourrait se dérouler sur toute l'année judiciaire, soit jusqu'à l'été suivant, en 2023.

Un procès à l'ancien siège de l'OTAN

Au total, un millier de personnes se sont constituées parties civiles, dont des proches de victimes, des personnes blessées ou traumatisées et devraient réclamer la réparation d'un préjudice. Face à elles, les accusés répondront d'"assassinats dans un contexte terroriste".

Contrairement à la France, en Belgique les attentats ne sont pas jugés par une cour d'assises spécialement composée (avec des magistrats uniquement), mais soumis à un jury populaire comme les autres crimes, ce qui rend encore plus complexe l'organisation d'une telle audience. 

Le procès doit se tenir en proche périphérie de la capitale belge à l'ancien siège de l'Otan, reconverti en bâtiment de justice ultra-sécurisé. Laurence Massart a évoqué les "contingences matérielles dues au caractère hors normes du procès", qui empêchent sa tenue dans la salle d’assises du vieux Palais de justice de Bruxelles. Celle-ci doit être laissée libre pour d'éventuels autres procès urgents, a-t-elle fait valoir.

Un lien avec les auteurs des attentats du 13 novembre

Le 22 mars 2016, deux jihadistes s'étaient fait exploser à l'aéroport international de Bruxelles-Zaventem, et un troisième dans le métro de la capitale belge. 32 personnes sont décédées et 34 autres ont été blessées.

Les attaques de Paris et Bruxelles avaient été organisées par la même cellule jihadiste et revendiquées à chaque fois par l'organisation djihadiste État islamique. C'est notamment un ordinateur retrouvé dans une poubelle peu après le double attentat-suicide du 22 mars que l'enquête a révélé l'existence d'un lien entre les auteurs des deux attentats. 

Seuls quatre des dix accusés au procès qui s'ouvrira le 10 octobre prochain n'ont pas été inquiétés dans l'enquête sur le 13-Novembre. Ils sont généralement soupçonnés d'avoir apporté une aide logistique aux principaux suspects à Bruxelles.

Lire aussi

Outre Salah Abdeslam, le procès concernera le Belgo-marocain Mohamed Abrini, ou l'"homme au chapeau" filmé le 22 mars à l'aéroport de Zaventem, le Tunisien Sofien Ayari, complice de la fuite de Salah Abdeslam (arrêté avec lui le 18 mars 2016 à Bruxelles), et le Suédois d'origine syrienne Osama Krayem, qui a rebroussé chemin le 22 mars après avoir accompagné le kamikaze du métro. 

Deux autres Belgo-Marocains font aussi partie des accusés : Oussama Atar, cerveau présumé des attaques, probablement mort en Syrie et jugé par défaut à Paris, et Ali El Haddad Asufi, un proche des frères El Bakraoui, deux des trois "kamikazes" du 22 mars.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pass vaccinal : ce que change le projet de loi adopté par le Parlement

INFO TF1-LCI - Affaire Jubillar : de nouvelles fouilles près du domicile du couple

Marseille : séquestrée et violée, une adolescente de 14 ans localisée grâce à ses messageries Instagram et Snapchat

Covid-19 : la situation dans les hôpitaux est-elle pire qu'avant la vaccination ?

EN DIRECT - Covid-19 : la barre des 25.000 personnes hospitalisées franchie

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.