Attentats du 13-Novembre 2015 : le procès aura lieu de septembre 2021 à fin mars 2022

Attentats du 13-Novembre 2015 : le procès aura lieu de septembre 2021 à fin mars 2022

JUSTICE - Le procès des attentats, qui ont endeuillé la France en novembre 2015, est prévu à Paris, du 8 septembre 2021 à fin mars 2022. Quelque 110 journées d'audience sont prévues.

Des centaines d'avocats et de parties civiles, 110 journées d'audiences programmées : le procès des attentats du 13 novembre 2015, en cours de préparation, promet d'être hors normes. Au cours d'une réunion d'organisation qui s'est déroulée ce vendredi, le parquet national antiterroriste (PNAT) a officiellement fixé les dates : l'audience-fleuve aura lieu du 8 septembre 2021 à fin mars 2022.

Initialement prévu à partir de janvier 2021, le procès du 13-Novembre avait été décalé en raison de la crise sanitaire. Mais aussi le temps de fignoler les lieux : pour accueillir les plus de 1.750 parties civiles à ce jour, mais aussi les centaines d'avocats et de journalistes attendus, une salle d'audience de 550 places est en cours de construction au cœur de l'historique Palais de justice de Paris, sur l'île de la Cité. Quelque 110 journées d'audience sont prévues au total, du mardi au vendredi à partir de la mi-journée. 

Vingt personnes renvoyées devant les assises

Au terme d'une enquête tentaculaire menée en France et en Belgique, vingt personnes ont été renvoyées devant la Cour d'assises spéciale de Paris. Parmi elles : le français Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos qui ont frappé des terrasses de bar et la salle de spectacle du Bataclan au cœur de la capitale, ainsi que les abords du Stade de France. Salah Abdeslam, détenu en France et placé à l'isolement, sera notamment jugé pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle", "meurtres en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste".

Lire aussi

Quatorze des accusés sont aujourd'hui aux mains de la justice française ou de son homologue belge dans ce dossier, dont des logisticiens, convoyeurs et intermédiaires présumés. Six autres personnes sont visées par un mandat d'arrêt. Le Belge Oussama Atar, soupçonné d'avoir planifié les attentats depuis la Syrie, sera lui jugé en son absence pour "direction d'une organisation terroriste" et "complicité de meurtres en bande organisée". Ce vétéran du djihad, identifié sous le nom de guerre d'"Abou Ahmed" et considéré comme un émir du groupe État islamique, n'a jamais été interpellé. Il est considéré comme mort par des services de renseignements.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Une personne tuée et une blessée devant un hôpital du 16e arrondissement de Paris, le tireur en fuite

EXCLUSIF - Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, sort du silence ce soir sur TF1

En célébrant Youri Gagarine, Poutine dit vouloir que la Russie reste une grande puissance "nucléaire et spatiale"

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

EN DIRECT - Covid-19 : le variant anglais n'entraîne pas plus de formes graves, selon deux études

Lire et commenter