Automobiliste mortellement blessée à Bayonne : la garde à vue du policier qui a tiré a été levée

Automobiliste mortellement blessée à Bayonne : la garde à vue du policier qui a tiré a été levée

ENQUÊTE – Le fonctionnaire de police qui a tiré sur une femme au volant d'une voiture dans la nuit de dimanche à lundi dans la ville des Pyrénées-Atlantiques est ressorti libre à l'issue de sa garde à vue. Les investigations se poursuivent.

Un simple contrôle routier qui a dégénéré. Un refus d'obtempérer. Un policier qui a tiré et une femme de 37 ans qui a perdu la vie. Après le drame qui s'est déroulé dans la nuit de dimanche à lundi vers 1h10 du matin à Bayonne, dans les Pyrénées-Atlantiques, le procureur de la République, Jérôme Bourrier, indique ce mardi qu'au "terme des premières investigations conduites aux fins d'établir les circonstances du décès de Nathalie F. le 11 janvier 2021, à la suite du refus d'obtempérer ayant entraîné l'usage de son arme par un fonctionnaire de police, la garde à vue de ce dernier a été levée".

 

Deux enquêtes avaient été ouvertes par le parquet la nuit du drame. "L'enquête ouverte des "chefs de refus d'obtempérer et de tentative d'homicide sur personne dépositaire de l'autorité publique" établit que Nathalie F. a délibérément percuté le véhicule de police positionné en barrage sur la voie de circulation, et dirigé son propre véhicule en direction du fonctionnaire de police qui se trouvait sur le terre-plein herbeux, le blessant au genou alors qu'il tentait de l'éviter", précise le magistrat. 

Lire aussi

L'autre, ouverte du chef d’homicide volontaire par personne dépositaire de l’autorité publique, fait l’objet d’une cosaisine de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) et du service de la police judiciaire de Bayonne. "Les éléments d'enquête rassemblés à ce jour résultant notamment de l'ensemble des témoignages recueillis, et des premières opérations de police technique et scientifique, semblent converger pour établir que le policier ayant mortellement blessé Nathalie F., a fait usage de son arme dans les conditions d'absolue nécessité et de proportionnalité requises par l'article L435-1 du code de la sécurité intérieure, pour immobiliser un véhicule susceptible de perpétrer dans sa fuite une atteinte à la vie et à l'intégrité physique de son collègue", fait savoir le procureur. 

"Le policier très affecté"

Dans un communiqué, les avocats du policier qui avait été placé en garde à vue précisent que celle-ci a été levée à 14h ce mardi. "Aucune charge n’est retenue contre lui à ce jour", écrivent-ils. 

"Au terme de l’enquête, il apparait que ce fonctionnaire de police a fait usage de son arme de manière proportionnée et légitime, dans l’unique but de sauver son collègue dont la vie était en péril manifeste, indiquent-ils avant d'ajouter que leur client restait "très affecté par l’issue tragique d’une simple mission de contrôle routier". 

À considérer avec "prudence"

Le procureur de la République, Jérôme Bourrier, qui a reçu la famille de la victime ce mardi, insiste  sur le fait que ces "éléments parcellaires" rassemblés quelques heures après cet événement tragique "doivent être considérés avec prudence" et "ne sauraient permettre d'établir des conclusions définitives à ce stade". Il précise que le parquet de Bayonne  procèdera dans les prochains jours à la saisine d'un juge d'instruction, dans le cadre d'une information judiciaire ouverte du chef d'"homicide volontaire par personne dépositaire de l'autorité publique". 

La chronologie des faits devra être précisée et confrontée "aux expertises de balistique lésionnelle et aux conclusions résultant de l'autopsie pratiquée par l'institut médico-légal de Bordeaux". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le variant britannique dominant en France "entre fin février et mi-mars", selon l'Inserm

Fin du "Muslim ban", retour dans l'accord de Paris... ce que Joe Biden fera dès son investiture

Plus de 75 ans, personnes fragiles... Qui peut se faire vacciner dès lundi ?

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

Variants du coronavirus : faut-il désormais porter des masques FFP2 ?

Lire et commenter