Bernard Tapie et son épouse ligotés et frappés chez eux lors d'un cambriolage

Bernard Tapie et son épouse ligotés et frappés chez eux lors d'un cambriolage

CAMBRIOLAGE - L'homme d'affaires et son épouse ont été violentés à leur domicile de Seine-et-Marne par quatre cambrioleurs dans la nuit de samedi à dimanche. Ils ont été ligotés et frappés. Voici ce que l'on sait.

Bernard Tapie et son épouse Dominique Tapie ont été violentés lors d'un cambriolage qui s'est produit alors qu'ils étaient présents à leur domicile de Combs-la-ville, en Seine-et-Marne. Selon nos informations, les faits se sont produits vers 0h30 dans la nuit de samedi à dimanche. Les cambrioleurs sont entrés dans le domicile en escaladant la verrière du perron et en passant par la fenêtre d'une chambre située au 1er étage.  

Le couple - surpris alors qu'il dormait - a été ligoté à l'aide de câbles électriques et frappé. Les quatre agresseurs étaient masqués et vêtus de combinaisons noires. Selon Rodolphe Tapie, son petit-fils, l'homme d'affaires a reçu un coup de matraque sur la tête. 

Les quatre cambrioleurs sont repartis avec un butin constitué de bijou et de montres dont on ignore le montant. Les cambrioleurs ont également dérobé les téléphones portables du couple, une information révélée par Stéphane Tapie, le fils de Bernard Tapie. 

Dominique Tapie a pu défaire ses liens et donner l'alerte

Dominique Tapie est parvenue à se défaire de ses liens pour se rendre chez une voisine d'où elle a donné l'alerte. L'épouse de Bernard Tapie, légèrement  blessée  a reçu des coups au visage. Elle a d'ailleurs été transportée à l'hôpital pour des examens. Elle en est sortie en fin de matinée. L'homme d'affaires âgé de 78 ans, a de son côté refusé d'être conduit à l'hôpital. "Mon grand-père a refusé d'être emmené, il est resté chez lui, il est KO, très fatigué", a expliqué Rodolphe Tapie auprès de l'AFP. 

L'enquête reprise par le parquet de Paris

Le parquet de Paris a repris dimanche l'enquête ouverte par le celui de Melun. "La Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Paris s'est saisie hier des faits subis par Monsieur Tapie et son épouse la nuit précédente", a indiqué le parquet. "L'enquête, suivie des chefs de vol en bande organisée, séquestration pour faciliter la commission d'une infraction en bande organisée et association de malfaiteurs, est confiée à la Direction régionale de la police judiciaire de Versailles."

L'appel d'Emmanuel Macron

"Dominique Tapie a pris pas mal de coups, son visage en porte la trace", a réagi le maire LR de la ville Guy Jeoffroy après avoir pu rencontrer le couple (voir la vidéo ci-dessous). "Lui n'a pas souhaité aller à l'hôpital... l'hôpital, il en a un peu marre." Les Tapie possèdent cette résidence secondaire depuis plus de 20 ans dans la commune située au sud-est de Paris près de Melun. "C'est un choc moral et émotionnel qu'ils traversent avec ce qu'ils ont l'habitude de faire apparaître... c’est-à-dire le maximum de solidité", poursuit Guy Jeoffroy.

De nombreuses personnalités politiques - de Bruno Le Maire à Marine Le Pen - ont exprimé leur émotion et leur solidarité après la révélation du cambriolage. L'Élysée a confirmé en début d'après-midi qu'Emmanuel Macron avait contacté Bernard Tapie. 

En vidéo

Le maire de Combs-la-Ville témoigne : "Dominique Tapie a pris pas mal de coups, son visage en porte la trace"

"C'est encore une épreuve pour Bernard Tapie", a commenté sur LCI le metteur en scène Philippe Hersen, ami du couple, en référence à la maladie contre laquelle lutte l'ancien ministre et député depuis plusieurs années. "Mais c'est un battant, il va s'en sortir." 

En vidéo

Cambriolage : "C'est encore une épreuve pour Bernard Tapie", témoigne son ami Philippe Hersen

Bernard Tapie souffre d'un double cancer de l'estomac et de l'œsophage. À l'automne, son procès en appel pour escroquerie dans l'affaire de l'arbitrage controversé du Crédit Lyonnais de 2008 avait été renvoyé en raison  de son état de santé, sa maladie ayant "très gravement progressé". Lors d'une audience fin mars, son avocate a cependant confirmé qu'il était "déterminé" à être présent à la reprise du procès prévue en mai.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

Une usine nucléaire iranienne touchée par un acte de "terrorisme antinucléaire"

SEPT À HUIT - La résurrection de Priscille, première femme bionique de France

EN DIRECT - Covid-19 : 30.671 personnes hospitalisées, dont 5838 en réanimation

Du Stade de France au centre vaccinal de Dreux, les vaccinodromes ont sonné bien creux ce dimanche

Lire et commenter