Bordeaux : un adolescent au volant blessé par des tirs de policiers après un refus d'obtempérer

Bordeaux : un adolescent au volant blessé par des tirs de policiers après un refus d'obtempérer

FAIT DIVERS - Un jeune homme de 16 ans qui conduisait une berline lundi soir dans le centre de Bordeaux a été blessé par des tirs de policiers après avoir refusé d'obtempérer. Il a été hospitalisé, mais ses jours ne sont pas en danger.

C'est en voyant le véhicule Audi RS3 circuler à vive allure dans Bordeaux (Gironde) que les policiers ont décidé d'intervenir. À bord de la berline, trois individus qui refusent d'obtempérer quand les fonctionnaires leur demandent de s'arrêter. S'ensuit une course-poursuite entre les deux véhicules dans le centre-ville avant que des renforts ne soient mobilisés. 

"Deux équipages de police ont tenté de prendre en tenaille le véhicule. Deux policiers sont sortis d'un des véhicules de police, mais la voiture Audi est reparti et a percuté à cette occasion le dit véhicule dans lequel un policier était toujours présent. Il a été blessé sous l'impact du choc. Le véhicule Audi a lui redémarré. C'est à ce moment que  trois fonctionnaires de police ont fait usage de leur arme à plusieurs reprises", détaille le parquet de Bordeaux ce mardi. 

Le conducteur, mineur de 16 ans a été touché au niveau du thorax par plusieurs balles. Il était hospitalisé au CHU de Pellegrin. Opéré dans la nuit, son état semble stabilisé ce mardi matin. Selon une source judiciaire, l'adolescent est "connu des services de police pour des faits mineurs de violence et pour stupéfiants". Le véhicule lui est immatriculé en Pologne. Selon plusieurs sources policières, "À Bordeaux comme dans  les grandes villes ces véhicules immatriculés à l’étranger sont de plus en plus nombreux et sont en train de devenir un problème car il y a un vide juridique autour de ces locations."

Lire aussi

Deux enquêtes ouvertes

Un passager a pris la fuite à pied. "Un individu pouvant correspondre à son signalement a été interpellé peu après en train de courir dans les rues adjacentes. Il a été placé en garde-à-vue", ajoute le parquet, qui a saisi les services de la direction zonale de police judiciaire de l'enquête des chefs de "refus d'obtempérer aggravé et de tentative d'homicide sur personne dépositaire de l'autorité publique".

Parallèlement, l'IGPN, la police des polices, a été saisie de l'enquête s'agissant de l'usage des armes par les fonctionnaires de police.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

EN DIRECT - Covid-19 : la vaccination ouverte à tous les plus de 55 ans lundi, annonce Véran

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

Pourquoi le Chili se reconfine-t-il alors qu'il est le 3e pays le plus vacciné au monde ?

Vacances confinées : ces Français qui trichent (sciemment ou sans le savoir)

Lire et commenter