Colombes : des policiers abattent un homme qui les menaçait d'un couteau

Voiture de police (illustration).

VIOLENCE - Un homme armé d'au moins un couteau et criant "Allah Akbar" a menacé vendredi des policiers à Colombes, qui l'ont abattu. Français, connu de la police pour des délits de droit commun, l'homme de 31 ans n'était pas identifié comme radicalisé.

C'est lors d'un contrôle routier vendredi 22 octobre, dans le quartier de Petit-Colombes, que l'homme s'est rapproché des policiers. Il a d'abord jeté une bouteille dans leur direction, avant de se précipiter vers eux armé de couteaux, et en criant "Allah Akbar". Le trentenaire est décédé de ses blessures par balles, reçues au niveau du bassin. Aucun des fonctionnaires de police présents n'a été blessé.

Lire aussi

Habitant d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), à plus de 20 kilomètres de Colombes (Hauts-de-Seine), l'assaillant était connu de la police pour des infractions routières, douanières et de stupéfiants. Il était en revanche "inconnu au fichier de traitement des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT)", selon des sources policières. "Le parquet national anti-terroriste est tenu informé", a indiqué dans un communiqué le parquet de Nanterre, qui a ouvert une enquête de flagrance. La police judiciaire des Hauts-de-Seine ainsi que l'IGPN (la police des polices), sont saisies de l'affaire.

Le ministre de l'Intérieur a salué "le sang-froid des policiers", et les a remerciés "pour leur courage", tandis que le maire EELV de Colombes a exprimé son "soutien aux policiers agissant dans l'exercice de leurs fonctions". Patrick Chaimovitch, l'édile de cette commune de 85.000 habitants, a également décrit Petit-Colombes comme "un quartier sympathique, d'habitat populaire", mais qui selon lui "se sent abandonné par les pouvoirs publics depuis des années". Un syndicaliste policier a estimé de son côté que Petit-Colombes est connu pour ses fusillades et règlements de comptes.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : vers de nouvelles mesures ? Emmanuel Macron préside un Conseil de défense à l'Élysée

Présidentielle 2022 : blessé au poignet en début de meeting, Éric Zemmour porte plainte

Un vaccin qui "n'empêche pas la transmission", est-ce vraiment "du jamais-vu depuis Pasteur" ?

Télétravail, vaccination des enfants... Ce qui pourrait être annoncé à l'issue du Conseil de défense lundi

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.